NUMERO : N°67 -Septembre Octobre 2016

Les compléments détox hépatiques

Vos clients ont fait des excès durant les mois d’été ? Entre les apéritifs répétés, les barbecues pas toujours très équilibrés et les gourmandises sur la plage…. Le foie a été mis à rude épreuve et il est temps de faire le grand ménage hépatobiliaire pour une rentrée au top.

Qu’ils soient ingérés (alcool, colorants, édulcorants synthétiques, conservateurs, résidus de pesticides, de métaux lourds, de PCB, médicaments) ou qu’ils soient inhalés (tabac, peintures, produits ménagers, composés organiques volatils – les fameux COV), l’exposition aux toxiques environnementaux est quotidienne.

Leurs effets sur le long terme sont délétères pour l’organisme et se manifestent par de la fatigue chronique, la langue pâteuse, des nausées matinales ou en présence d’odeurs de parfum ou de tabac, des maux de tête, des troubles digestifs ou cutanés.

Votre objectif sera donc le conseil de suppléments détox hépatiques adaptés pour favoriser leur élimination.

L’incontournable vitamine C

La première phase de détox hépatique (phase d’hydroxylation), utilise des enzymes regroupées sous le nom de cytochrome P450 (CYP). Elles neutralisent certains toxiques ou les convertissent en substances intermédiaires plus ou moins toxiques.

Avec cette phase, on observe une production accrue de radicaux libres qui peuvent endommager sur le long terme les hépatocytes.

Pour soutenir cette phase et limiter les méfaits d’un excès de radicaux libres, une vitamine est essentielle : la vitamine C. Elle active la production des CYP, neutralise les radicaux libres et améliore l’élimination du plomb via les urines.

Un nutriment phare

La seconde phase de détox hépatique (phase de conjugaison), a pour rôle d’ajouter des substances, et notamment du L-glutathion, aux toxines via des enzymes (glutathion-S-transférases) afin de les rendre hydrosolubles et donc facilement éliminables par les voies urinaires et biliaires.

Le L-glutathion, un antioxydant hydrosoluble est produit naturellement par le foie et est constitué de 3 acides aminés, dont la L- cystéine, un acide aminé soufré qui lui confère son activité. C’est LE principal détoxiquant de phase 2 qui recycle d’ailleurs la vitamine C utilisée lors de la première phase.

4 plantes incontournables

  • Le Chardon marie (Sylibum marianum) riche en silymarine (silybine, silydianine, silychristine) régénère les cellules hépatiques endommagées lors d’intoxications environnementales, diminue les transaminases (ASAT et ALAT), les taux de Gamma-GT et de triglycérides. L’OMS reconnaît d’ailleurs son usage pour traiter les intoxications hépatiques et comme adjuvant des hépatites et cirrhoses. Il stimule le flux biliaire, augmente les taux de L-glutathion et est particulièrement efficace pour la détox de l’acétaldéhyde (un produit de dégradation de l’alcool, 30 fois plus toxique que l’alcool lui-même), des médicaments, des polluants (tabac, pesticides) et des métaux lourds.
  • Le Desmodium, est une plante originaire d’Afrique équatoriale qui est utilisée en complément des traitements conventionnels en cas d’hépatites pour éviter la jaunisse. Il protège et régénère les hépatocytes, normalise les gamma-GT et les transaminases et facilite l’écoulement de la bile.
  • Le Radis noir Bio (Raphanus sativus), de la famille des crucifères, renferme des glucosinolates dont la raphanine et des composés soufrés qui drainent le foie, activent la sécrétion et l’élimination de la bile. Il est donc cholérétique et cholagogue.
  • Le Chrysanthellum apporte de la stachydrine et des flavonoïdes qui sont hépatoprotecteurs, antioxydants, capables de dégrader plus facilement l’alcool et de favoriser l’excrétion de la bile et des micro-calculs.

Les autres nutriments

  • La N-Acétyl Cystéine, augmente les niveaux de L-glutathion. Elle diminue la toxicité du paracétamol et de l’alcool. Elle rend solubles et donc facilement éliminables les toxines, toxiques (métaux lourds) et polluants.
  • Le Curcuma, et surtout la curcumine, active les glutathion-S-transférases qui permettent la conjugaison du L-glutathion aux toxines. Hépatoprotecteur, cet antioxydant est également cholérétique et cholagogue.
  • L’Acide alpha-lipoïque, ou acide thioctique, est extrait des crucifères. Cet antioxydant universel (milieux aqueux et graisseux) recycle les antioxydants et diminue la toxicité du paracétamol.
  • La glucoraphanine, extraite du brocoli, par l’action du microbiote, est transformée en sulforaphane, qui possède une action sur les enzymes de phase 2.

Angélique Houlbert
Nutritionniste

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here