L’étiquetage du miel désormais plus transparent

Dessin Christian Gasset.

Le 6 avril est paru au journal officiel le décret rendant enfin obligatoire l’étiquetage de tous les pays d’origine des miels constituant un miel de mélange conditionné en France1. Cet étiquetage doit également présenter la liste des pays d’origine par ordre pondéral décroissant, conformément à « l’exigence de loyauté qui résulte des dispositions du règlement (UE) n° 1169/2011 ».

“C’est une grande victoire pour l’UNAF qui se bat avec opiniâtreté depuis 2018, au côté de ses partenaires de l’UFC Que Choisir, de la
FFAP et avec l’appui de nombreux parlementaires pour mettre fin à l’opacité de l’origine des miels issus de mélange, jusqu’alors
simplement indiquée sous les formulations excessivement vagues de Mélange de miels originaires de l’UE, Mélange de miels non
originaires de l’UE ou Mélange de miels originaires et non originaires de l’UE », souligne Christian Pons, président de l’UNAF (Union nationale de l’apiculture française).

Dans un communiqué, il rappelle que la France importe plus de 70 % de sa consommation nationale2 et que le miel est l’un des produits les plus victimes de fraudes. Estimant que “grâce à ce décret, le consommateur et les producteurs français disposent désormais d’un étiquetage plus transparent des miels d’importation – qui permettra sans aucun doute une meilleure valorisation du terroir et du savoir-faire français”.

Face aux soupçons de fraudes importants sur certaines origines de miel3, les miels de France sont, en effet, plus que jamais plébiscités pour leur qualité et leur diversité4

Christian Pons regrette cependant que ce décret ne soumette pas à la même obligation les miels conditionnés hors de France et qui pourront donc toujours afficher les expressions « Mélange de miels originaires de l’UE », « Mélange de miels non originaires de l’UE » ou « Mélange de miels originaires et non originaires de l’UE », il s’agit là pour l’UNAF d’un “défaut important” et d’une “concurrence déloyale”, en raison de laquelle l’association appelle à une “révision urgente de la Directive européenne DIRECTIVE 2001/110/CE, dite « Directive Miel » pour mettre fin à cette ineptie”.

1 https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000045512100
2 Données FranceAgriMer.
3 Chine et Ukraine notamment – voire Que Choisir, Novembre 2021, « Miels, les fraudes perdurent ».
4 60 millions de consommateurs, Novembre 2021, « Miel de fleurs, prime à la qualité pour le français » et Que Choisir, Novembre 2021, « Miels, les fraudes perdurent ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here