Naturopera inaugure son usine de couches écologiques

S’abonner à la newsletter de Bio Linéaires

Ligne de conditionnement des couches Carryboo. Crédit photo : Franck Crusiaux.

Pionnier de la couche écologique et leader en réseau bio avec sa marque Tidoo, Naturopera a inauguré ce mardi 18 octobre son usine dédiée à la production à Bully-les-Mines, dans les Hauts-de-France. Conçue pour être à la pointe de la technologie et de l’écologie, l’usine a bénéficié du soutien financier d’acteurs publics (l’Etat dans le cadre du plan de Relance, la Région Hauts-de-France, la communauté d’agglomération de Lens Liévin, BPI France) ainsi que d’acteurs privés (le fonds Regain 340 géré par Turenne Groupe, Société Générale et CIC). Le tout au service d’un projet ambitieux alors qu’aujourd’hui, plus de 9 couches sur 10 vendues en France sont produites à l’étranger ! Ce projet d’usine a nécessité un financement d’un montant de 14 millions d’euros.

Geoffroy Blondel de Joigny et Kilian O’Neill, fondateurs de Naturopera, lors de l’inauguration de leur usine. Photo Ph. Delran.

Avec l’aide de Pôle Emploi, la Mission Locale, la Maison de l’Emploi, La CALL, la mairie de Bully-lesMines et BPI Group, une campagne locale de recrutement a été lancée, avec pour premier objectif le recrutement de 27 personnes à ce jour. D’ici fin 2022, 40 personnes auront rejoint l’aventure et 100 personnes d’ici deux ans. D’une surface de 19 000 m² – presque trois terrains de football – la nouvelle usine a présenté sa ligne de production d’une capacité de 200 millions de couches par an. Une deuxième ligne sera installée courant 2024. Grâce à des machines et des équipements dernière génération ainsi qu’aux équipes, Naturopera a pour ambition de devenir le leader des couches écologiques et le chef de file de l’innovation sur son marché.

L’écologie au cœur du fonctionnement de l’usine

Afin d’optimiser la consommation d’énergie, l’usine Naturopera est la première en Europe dotée d’un système unique : l’air présent dans la machine, réchauffé par 230 moteurs, est récupéré pour chauffer le bâtiment en hiver. En été, l’air est tempéré grâce à un système adiabatique. Il s’agit d’un principe physique, sans chimie ni surconsommation d’énergie, qui vise à pulvériser de l’eau afin de refroidir l’air naturellement et réguler l’hygrométrie de manière plus écologique. La consommation électrique est divisée par 10 par rapport à une usine classique.

La ligne de fabrication bénéficie d’un réseau de captage et d’aspiration des poussières. Cet air est ensuite filtré à 99,99 % garantissant aux employés un environnement de travail sûr et permettant de rejeter l’air sans risque pour l’environnement. Côté production, 100 % des déchets sont collectés grâce à des bacs de récupération placés sur la ligne de couches, puis triés et recyclés. Classée BREEAM niveau GOOD, l’usine bénéficie d’une façade béton à forte inertie pour une isolation thermique parfaite et de détecteurs de présence pour un éclairage basse consommation.

L’usine Naturopera en images

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here