NUMERO : N°73-Septembre Octobre 2017

Nos conseils pour une rentrée sans stress

Il vous manque parfois quelques clés pour bien conseiller vos clients car bien souvent, ils ne savent pas faire la distinction entre anxiété, déprime et dépression. Or ces différences sont fondamentales afin de bien cibler les aliments et les compléments adéquats.

Nous ne traiterons ici que du stress et de l’anxiété, sans autres manifestations, c’est à dire non couplé à de la déprime ou de la dépression.

Les aliments et suppléments incontournables

Des aliments à IG bas

Il faut impérativement éradiquer les aliments dont l’index glycémique est élevé. Ils engendrent en effet des fluctuations glycémiques importantes et surtout des hypoglycémies réactionnelles qui, sur le long terme « sucrent » littéralement le moral et augmentent l’anxiété et le stress. Favorisez donc les IG bas : céréales complètes, légumineuses, légumes, fruits, oléagineux…

Des sources de vitamines du groupe B

On sait désormais qu’elles ont un effet bénéfique contre le stress car elles participent à la synthèse des neurotransmetteurs.

Les aliments qui en contiennent de fortes proportions :

  • Sources animales : Foies animaux bios, Rognons bios, Porc (B1), Crottin de chèvre (B2), Jaune d’œuf (B9), Petits poissons gras (maquereaux, harengs, sardines), Bigorneaux, Huîtres, Moules (B12)
  • Sources végétales : Levure de bière, Graines (tournesol, sésame), Germe de blé, Noix (macadamia, du Brésil, de Grenoble), Pistaches, Amandes. Farine de châtaigne, Cresson, Épinard, Oseille, Herbes fraîches (cerfeuil, persil, ciboulette, menthe) (B9).

Afin de complémenter, vous pouvez aussi conseiller un complexe qui regroupe l’ensemble des vitamines du groupe B

Des aliments riches en vitamine C

Les aliments les plus riches (par ordre décroissant et crus) : cassis, persil, poivrons, kiwi, litchi, fraise, papaye, choux (Bruxelles, chou-fleur, rouge), cresson, citron, oseille, cerfeuil, pomélo, groseille, orange…

La vitamine C est utilisée par l’organisme pour produire la dopamine, l’adrénaline et le cortisol.

Les seules personnes qui ressentent un effet « stimulant »  en prenant sont celles qui sont en déficience. Pour elles, un seul comprimé redonne de l’énergie et de l’entrain, voire de la nervosité.

Rassurez vos clients, ce phénomène est transitoire et au bout de quelques jours, tout se normalise, si bien qu’en cas de stress important (physique ou psychologique), la production de ces neurotransmetteurs est plus franche, et ainsi la gestion du stress sera plus adaptée avec de meilleures prises de décisions, des réactions plus ajustées et une détente favorisée.

Du magnésium

Parmi les minéraux, c’est lui qui semble le mieux à même de combattre le stress (Voir article page 203 suivante ).

Côté alimentaire, recommandez : Sardines à l’huile, Noix (du Brésil, de cajou), Graines de tournesol, Germe de blé, Amandes, Pignons de pins, Chocolat noir à 90 %. Côté supplémentation, vous pouvez miser sur un minimum de 300 à 400 mg de magnésium hautement biodisponible.

Et n’oubliez pas que l’absorption et la rétention du magnésium dépendent du statut en vitamine D.

Les « adaptogènes » : des plantes essentielles

Ces plantes permettent l’adaptation du système nerveux aux différents stress physiques et psychiques. Parmi elles, il faut trouver celles qui conviennent le mieux à votre client :

  • Ashwagandha
  • Eleuthérocoque
  • Ginseng (panax)
  • Maca
  • Rhodiola

C’est en essayant ces différentes plantes, alternativement, que vos clients sauront laquelle leur est bénéfique. Si votre client souhaite diminuer sa prise de benzodiazépines (anxiolytiques, hypnotiques), il faut miser sur certains suppléments spécifiques :

  • GABA : 750 à 1500 mg avant le coucher
  • Ashwagandha : 1 à 3 fois par jour, pendant les repas (adaptogène et anxiolytique)
  • Valériane : 1 à 3 fois par jour

Et bien sûr un comprimé de mélatonine le soir au coucher.

Les conseils d’hygiène de vie en plus :

  • La pratique quotidienne d’une activité plaisante adaptée aux capacités physiques : on sait désormais qu’elle a des effets anxiolytiques scientifiquement prouvés en augmentant les endorphines et la dopamine.
  • Les lampes de luminothérapie : bien souvent les anxieux sont aussi ceux les plus enclins à la déprime saisonnière automnale.
  • Les techniques de gestion des émotions : relaxation, sophrologie, méditation en pleine conscience, thérapies cognitivo-comportementales…

Angélique Houlbert
Nutritionniste

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here