NUMERO : Juillet-Août 2015

DOSSIER : Les huiles essentielles – États des lieux de la production PPAM* en France

Les PPAM en chiffres

En 2014, avec 13,2 % des surfaces en bio, les PPAM bio sont reparties à la hausse. En e et, après avoir connu une baisse de -1 % en 2013, on constate une reprise du secteur avec respectivement une hausse de +4 % des exploitations (soit 1912 expl.) et +7 % des surfaces bio (5057 ha à  n 2014). De 2013 à 2014, l’ensemble des surfaces en conversion (C1, C2, C3) continue de progresser, mais à ha en 2013, soit une baisse de 140 ha. Ce qui est probablement dû à un recul des surfaces de plantes à parfum (lavande, lavandin) et aux mises en conversion (di culté technique en bio, pour lutter contre le dépérissement de la lavande).

Côté lieux de production, les PPAM sont essentiellement cultivées dans le Sud-Est de la France : en 2013, PACA et Rhône-Alpes représentaient 75 % des surfaces en PPAM bio françaises et 41 % des producteurs et producteurs-cueilleurs (notamment dans les départements du 26, 84, 07 et 04). D’autres régions se développent, comme le Languedoc- Roussillon, l’Auvergne (surtout la pour la cueillette dans les Cévennes et le Morvan), les Alpes, la Corse…

Focus sur les plantes à parfum :  60 % des surfaces françaises

Le lavandin : plus de 16 000 ha (2014) dont 1 500 ha en bio (2013). Plus de 1 000 tonnes d’HE produite. La France représente + de 90 % de la production mondiale

La lavande : plus de 3 800 ha (2014) dont 1 500 ha en bio (2013). Plus de 50 t de production. Concurrence de la Bulgarie (80 t en 2014 sur 120 t prévues)

La sauge sclarée : 135 ha en bio

Des filières solidaires

Outre les  lières équitables (Bio Equitable), il existe depuis maintenant plusieurs années, des  lières solidaires en France. Di érents programmes ont été mis en place par Bio Solidaire.

À ce jour, il existe 2  filières :

  • Une sur les plantes médicinales dans le Sud-Est, créée en 2009, qui compte 46 agriculteurs. 34 espèces de PPAM (lavandes et lavandins, thym, sauge, romarin, mélisse…) sont produites sur 380 ha.
  • Une deuxième sur le Bleuet et le Lavandin Grosso, créée en 2011 et situé dans la Drome. Elle rassemble 5 producteurs (bientôt 2 de plus en 2015).

* PPAM : définition

Il s’agit des Plantes à Parfum (lavandin, lavande, sauge sclarée…), Aromatiques (thym, romarin, origan…) et Médicinales (reine des prés, camomille romaine…). En France, cultivées ou cueillies, elles s’étalent en bio et non bio sur 38 000 ha et concernent 4 800 exploitations (RGA 2010).

Un marché mondialisé et très concurrentiel

Le marché des PPAM bio est très diversi é, en raison de la multiplicité des secteurs : alimentaire, aromathérapie, cosmétique, détergence…

Il offre aux producteurs de nombreux débouchés, tous très di érents mais qui lui demandent d’être très polyvalents pour répondre au mieux aux attentes de ces acheteurs. Cela implique d’avoir une certaine technicité et de se spécialiser dans le mode de transformation le plus adéquat. On constate, de plus, une forte demande sur tous les marchés et les entreprises françaises sont à la recherche de production nationale. Toutefois, les coûts de production ne sont pas toujours su samment maitrisés. Le désherbage reste un des points importants à la fois dans la réussite des cultures mais aussi sur le coût de revient. La lutte contre les ravageurs reste aussi un handicap. Le fort développement de productions à l’étranger ces dernières années a aussi un impact sur le marché. Une meilleure organisation économique ainsi qu’une professionnalisation optimale permettrait d’assoir ce secteur qui est confronté à des marchés souvent étroits. En n, la forte atomisation de la production est une contrainte majeure (trop peu de producteurs bio sont regroupés en coopératives ou SICA).

Néanmoins, des projets de regroupement émergent comme celui d’une distillerie mobile (initiative d’Agribio 04) qui permettra en juillet 2015 à un collectif de producteurs bio de fabriquer des HE.

La structuration de la  lière déjà engagée semble donc une des solutions. C’est déjà le cas par exemple de la démarche de rapprochement les deux régions LR (Sud & Bio) et PACA (Bio de Provence) depuis un an, en vue de structurer une  lière PPAM sur l’arc méditerranéen.

Le but est d’accompagner les agriculteurs bio de ces régions, pour développer les PPAM et répondre aux besoins des entreprises régionales à la recherche de matière première locale. En n, Bio de Provence a créée en mars dernier une commission PPAM régionale qui réunit des agriculteurs et des entreprises (privées et coopératives), afin d’accompagner la stratégie de développement de cette filière.