NUMERO : jan-fev 2011

La plante du Mois : la Rhodiola rosea

Où vit-elle ?

La Rhodiola rosea est une plante vivace qui pousse sur les sols sablonneux, rocheux et secs des régions très froides comme le Groenland, la Scandinavie, la Sibérie, d’où son autre dénomination de ginseng sibérien.

Quelle est son utilisation traditionnelle ?

Une petite centaine d’années avant Jésus Christ, le réputé médecin grec Dioscoride, utilisait déjà cette plante pour ses vertus médicinales. Traditionnellement, on lui attribue le pouvoir d’augmenter l’endurance, les capacités cognitives, la longévité et la vigueur sexuelle puisqu’en Sibérie, un bouquet de Rhodiola est offert aux jeunes mariés… Consommée au Tibet par les moines, elle permettrait d’accroître la «puissance spirituelle», la concentration et la résistance physique. En Asie et en Europe de l’Est, on l’utilise habituellement pour stimuler le système nerveux, accroître les performances de travail, éliminer la fatigue, agir contre la dépression et prévenir le mal de l’altitude.

Qu’ont révélé les études ?

Les premières études scientifiques, réalisées en Russie et Scandinavie dans les années 1960 ont permis de mettre en avant que la racine de cette plante, est avant tout, un excellent «tonique adaptogène», c’est à dire une substance qui augmente la résistance de l’organisme face aux diverses agressions auxquelles il se trouve confronté tous les jours : froid hivernal, chaleur estivale, fatigue physique et mentale, efforts intenses et prolongés, agressions bactériennes et virales. En tant qu’adaptogène, la Rhodiola rosea va permettre de réguler l’organisme d’une manière générale et non spécifique, en fonction des besoins de chacun : ni trop, ni trop peu, elle va stimuler ou freiner sans excès en procurant un effet général tonifiant, un peu comme le Ginseng, la Maca, l’Eleuthérocoque ou encore l’Ashwagandha.

Des études sur cette racine dorée ont montré des effets bénéfiques sur :

L’amélioration de la mémoire et des fonctions cognitives en situation de stress
Une étude a examiné l’effet stimulant et normalisant de l’extrait de Rhodiola rosea sur des étudiants en médecine pendant la période stressante des examens. L’administration d’un extrait standardisé de Rhodiola rosea a entraîné des améliorations significatives des performances physiques, mentales et cognitives, des fonctions psychomotrices ainsi que du bien-être général. Les étudiants supplémentés ont également rapporté une nette diminution de la fatigue mentale et intellectuelle, une réduction de leur besoin de sommeil, une amélioration de leur humeur et une plus grande motivation à étudier.
L’augmentation de la résistance à l’effort et la réduction de la durée du temps de récupération après un exercice intense
L’extrait de Rhodiola rosea va agir directement sur l’énergie physique en augmentant la capacité à l’effort et en diminuant la période de récupération suivant la pratique d’un exercice physique intense. Les personnes pratiquant un sport de manière occasionnelle ou les sportifs avérés tireront beaucoup de bénéfices de la prise de cette racine pendant et après leur entrainement ou leur compétition.

La restauration d’une fonction sexuelle normale

Des essais menés en Russie ont permis de conclure que la prise de Rhodiola permettait d’améliorer la fonction érectile dans plus de 85 % des cas. Ce qui n’est pas étonnant puisque cette plante en augmentant la résistance au stress et en combattant la fatigue permet d’agir directement sur la libido et la sexualité en général.

L’augmentation de la résistance au stress et à ces effets

Les différentes recherches et essais ont montré la capacité de la Rhodiola rosea à augmenter la résistance à toute une variété de stress qu’ils soient chimiques, biologiques ou physiques. Ainsi, vous pouvez très facilement conseiller une courte cure de Rhodiola rosea à tous vos clients stressés et angoissés, en particulier pendant ces mois hivernaux. Les effets psychostimulants de cette plante permettent donc de réduire la fatigue, de limiter les troubles du sommeil, l’irritabilité et ainsi de retrouver un parfait équilibre émotionnel et mental.

Et aussi…

Cette plante permettrait aussi de renforcer le terrain, stimuler l’immunité et faciliter et accélérer la récupération en période de convalescence. De plus, associée à la N-acétyl-carnitine, cette plante agirait sur la sensibilité des récepteurs à la leptine, une hormone clef impliquée dans la régulation du poids.

Les conseils BIOlinéaires :

Quel dosage recommander ?

350 à 700 mg par jour de préférence le matin à jeun ou une demi-heure avant le déjeuner, d’un extrait de Rhodiola rosea standardisé au minimum à 3 % de rosavine et 1 % de salidrosides, les deux substances actives.

Combien de temps ?

Généralement, la prise de Rhodiola se fait sur quinze jours à trois semaines afin de laisser le temps à l’organisme de se « remettre à niveau ». Ensuite, préconisez toujours un arrêt d’au moins quinze jours ou conseillez la prise de Maca le mois suivant ou de ginseng. L’objectif est de varier les sources d’adaptogènes pour agir sur toutes les fonctions et tous les organes pendant ces mois d’hiver qui mettent l’organisme à rude épreuve.

Puis-je l’associer à d’autres compléments ?

Vous pouvez cumuler la recommandation de cette plante avec un complexe de vitamines et minéraux, qui permettront de fournir à l’organisme tous les éléments nécessaires pendant cette période hivernale.