NUMERO : N°64 -Mars avril 2016

Année 2015 : année charnière pour la filière bio en Allemagne

Oui, on peut l’appeler ainsi, cette année 2015 ! Depuis plusieurs années pendant lesquelles l’écart entre la production et la consommation bio s’est creusé davantage, il semble y avoir un retournement de dynamique : désormais, la production bio, elle aussi, progresse en Allemagne ! Il est vrai que le rythme n’est pas à la hauteur de celui des ventes des produits bio et beaucoup de filières restent toujours déficitaires en matière première. A terme, le taux d’importation va-t-il diminuer ? Dans ce contexte, quelles sont les tendances dans la distribution spécialisée en Allemagne ? Voici l’analyse d’Ecozept.

En 2015, la distribution spécialisée bio progresse, mais moins vite que la GMS

Autre « point de rupture » en 2015 : la distribution spécialisée bio perd son statut de « moteur du marché bio » en Allemagne. Elle continue sa croissance à deux chiffres en 2015, mais se fait doubler par la GMS : alors que le chiffre d’affaires progresse de 10 % environ en réseaux spécialisés bio, la GMS fait un bond de 13 %. Le marché global bio est évalué à plus de 8,6 Mrd € en 2015, dont 55 % sont maintenus par la GMS.

Cette croissance de la Bio dans la distribution conventionnelle s’explique par une plus forte implication de la GMS et un élargissement des gammes bio, notamment chez les discounts. Dans tous les cas, cette progression est due à une augmentation des volumes vendus et non pas par la faible augmentation des prix des produits bio.  Autre phénomène qu’on observe : la GMS conventionnelle gagne des parts de marché en zone rurale au détriment du réseau spécialisé bio. En quelque sorte, la GMS occupe le vide créé suite à la fermeture des (nombreux !) magasins bio en zone rurale. La concurrence entre les réseaux spécialisés bio allemands franchisés (les « filialistes »), s’accentue et se focalise dans les grandes villes allemandes avec une politique d’expansion que certains décrivent comme « sans pitié ».

Les distributeurs bio les plus importants en terme
de nombre de points de vente en Allemagne

Avec un solde net de seulement +9 magasins bio, le nombre de magasins spécialisés progresse moins vite en 2015 qu’en 2014 (on comptait un solde positif de 50 magasins en 2014). On peut attribuer cette progression du nombre de points de vente bio au leader allemand de la distribution spécialisé « Denn’s » qui ouvre 30 nouveaux magasins générant ainsi une progression de son chiffre d’affaires de 15 %. Dennree est suivi par Alnatura avec 8 ouvertures et BioCompany (voir graphique 1).

Les 93 ouvertures en 2015 concernent surtout les grands magasins (> 400 m2) et les systèmes franchisés en milieu urbain, alors que les 84 fermetures sont à observer plutôt chez les petits magasins de moins 100m2, situés davantage en campagne et chez les magasins à la ferme. Cette tendance de restructuration est observée depuis plusieurs années consécutives maintenant. En tout, on compte 2 370 magasins bio en Allemagne en 2015 qui totalisent une surface de vente de plus de 590 000 m2.

Autre tendance à observer  : la plupart des magasins bio nouvellement créés disposent d’un espace restauration. Aujourd’hui, environ un tiers des magasins bio allemands dispose d’un espace restauration/snack/bistro. Ils profitent de la tendance générale observée en Allemagne : le « snacking végétarien, végétalien et bon pour la santé ».

Nouvelle dynamique dans la production bio allemande

Après plusieurs années de stagnation, les surfaces bio progressent de nouveau en Allemagne. Les premières estimations tournent autour d’une progression des surfaces d’environ 3 % par rapport à l’année 2014. Les associations de producteurs bio allemands (Bioland, Naturland, Demeter, etc.) enregistrent les plus fortes progressions en nombre de producteurs et en termes de surfaces. Cette progression s’explique entre autres par des programmes de développement ambitieux, mis en place dans certains Länder et par un contexte économique favorable qui stimule les conversions.

En effet, les écarts de prix entre bio et conventionnel s’amplifient, notamment dans la filière lait (48,7 ct/kg de lait bio en novembre 2015 contre 28,2 ct/kg en conventionnel) et le porc. Ainsi, la performance économique de la filière bio augmente, contrairement à celle de la filière conventionnelle. Selon l’enquête annuelle du syndicat des agriculteurs allemands (DBV), les bénéfices des fermes bio en Allemagne ont progressé en 2014/2015 par rapport à la période précédente, ce qui n’a pas été le cas chez les fermes conventionnelles : elles enregistrent une chute de leurs bénéfices de 35 % dans la même période.

Malgré ces bonnes nouvelles, la production allemande bio ne couvre toujours pas les besoins intérieurs. En 2015, selon AMI, 24 % des COP (céréales et oléoprotéagineux) bio consommées en Allemagne sont importées (dont plus de la moitié en provenance de Roumanie, Ukraine, Hongrie, Lituanie). Et même dans la filière lait bio, il manque toujours quelques 200 millions de kg de lait bio pour couvrir les besoins actuels.

Plus d’infos :

Ecozept

Le Barcelone, Bât 12, 145 rue Guillaume Janvier

34070 Montpellier

Tel. : 04 67 58 42 27

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here