Entretiens à Natexpo : Distillerie Saint-Hilaire

Parce que tout le monde ne sait pas à quoi sert une huile essentielle de gaulthérie, Nathalie Chapuis, responsable marketing et communication de la Distillerie Saint-Hilaire, rappelle au micro de Bio Linéaires l’importance du conseil en magasin : « les gens ont besoin d’être rassurés, de comprendre les produits qu’ils vont prendre, le conseil, c’est ça la clé pour demain ».

Écouter l’interview de Nathalie Chapuis de Distillerie Saint-Hilaire

 

Bio Linéaires : Bonjour Nathalie Chapuis, vous êtes responsable marketing et communication de la société la Distillerie Saint-Hilaire, je voulais avoir votre avis suite aux trois jours que vous venez de passer à Natexpo et un peu votre ressenti un peu général…
Nathalie Chapuis : On a fait trois jours d’affilée de salon, on a eu un dimanche qui était quand même assez calme mais, depuis hier, on a eu beaucoup plus d’activités, pas mal de contacts vraiment super intéressants à la fois des distributeurs, de la presse évidemment, et puis des gens qui étaient intéressés globalement par l’aromathérapie et ça, c’est quand même notre point fort donc on est vraiment très content de pouvoir être sur le salon encore une année supplémentaire.

« Le consommateur ne cherche pas uniquement un produit, il cherche un mode de vie »

BL : Avez-vous eu des demandes un peu particulières sur des tendances, sur des innovations que vous avez faites ou pas, par rapport à vos client ?
N. C. : Pas spécialement sur l’innovation, j’ai trouvé quand même pas mal de curiosités autour de notre gamme de gemmothérapie parce qu’en définitif, alors que c’est quand même une gamme qui existe depuis assez longtemps, qui est très traditionnelle, j’ai l’impression que personne ne la connaissait très bien donc les questions tournaient quand même pas mal autour de cette gamme-là, ce qui est plutôt un point super intéressant puisque c’est une gamme qui travaille le terrain et c’est moins curatif que sur les huiles essentielles, donc on est assez content de pouvoir faire parler d’elle grâce à ce salon.

BL : On parle un peu d’une situation un peu plus compliquée sur le marché, en ce moment, du magasin bio et un peu du bio en général, quel est un peu votre ressenti à la sortie de ce salon ?
N. C. : Je crois qu’on est un peu tous dans le même bateau sur la bio, je crois que notre objectif c’est d’abord de pouvoir effectivement être innovant mais pas uniquement sur les produits, mais aussi dans l’offre qu’on va proposer au consommateur final parce que quand il va consommer, en fait, il cherche pas uniquement un produit, il cherche un mode de vie, c’est pour ça qu’il était engagé jusque-là et peut-être qu’on est un peu déceptif globalement, que ce soit les marques ou les distributeurs, mais j’ai l’impression quand même qu’on a compris le sujet et qu’on va bien le prendre en main pour reprendre un petit peu les rênes de notre avenir parce que la Bio, on est tous engagés là-dedans ici, et c’est super important donc il faut qu’on continue et qu’on ne soit pas déceptif pour faire détourner les gens de la bio pour aller vers d’autres types de marchés qui semblent être aussi intéressants que la vraie bio mais qui ne le sont pas vraiment.

« le conseil, c’est ça la clé, c’est ça que les gens viennent chercher en magasin »

BL : En deux mots, un petit conseil que vous pourriez donner aux magasins, aux responsables de magasins pour redynamiser un peu le secteur ?
N. C. : Conseiller, apprendre, se former parce qu’en fait, c’est ça que les gens viennent chercher en magasin. Nous, on le remarque depuis plusieurs années, on le dit d’ailleurs à nos distributeurs qui ont supprimé souvent le conseil en magasin et là, c’est ça la tendance : les gens viennent chercher une information, ils ont besoin d’être rassurés, de comprendre les produits qu’ils vont prendre et encore plus, nous, avec l’aromathérapie parce que tout le monde ne sait pas à quoi sert une huile essentielle de gaulthérie si elle n’est pas conseillée donc clairement oui le conseil, c’est ça la clé pour demain.

Propos recueillis par Antoine Lemaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here