NUMERO : mai-juin 2009

L’agréage des fruits et légumes

Définition de l’agréage :

C’est un contrôle qui vérifie les conformités d’une marchandise, soit conformément à la réglementation, soit en fonction d’un cahier des charges propre. Le résultat étant l’acceptation de tout ou partie des lots réceptionnés ou le cas échéant, le refus de ceux-ci.

Les différentes phases de l’agréage :

En amont des contrôles quantitatifs et qualitatifs, il conviendra, lors de l’arrivée des transporteurs de :
● contrôler la température du camion et des produits, élément clé qui permet de pousser le contrôle plus en avant si un problème est détecté,
● contrôler l’état général de la palette et des colis.

Viennent ensuite les premiers contrôles quantitatifs et visuels, qui permettent de vérifier :
● que le nombre de colis corresponde bien à la quantité prévue,
● que le poids des colis corresponde bien à ce qui est notifié sur le bon de livraison,
● que l’étiquetage comporte bien les mentions obligatoires,
● que l’état des colis soit satisfaisant, notamment en termes de propreté et d’hygiène.

Puis il faut passer au contrôle qualitatif et ainsi contrôler :
● la qualité sanitaire des produits (ex : absence de résidus),
● les points de conformité précis de réglementation propres à chaque produit, notamment pour les fruits et légumes normalisés,
● les caractéristiques produits (calibre, homogénéité, maturité, fermeté…)
● la qualité gustative des produits, primordiale notamment pour les fruits (ex : fraises, melon,..) car elle peut enchanter ou au contraire fortement décevoir vos clients,
● Couper des fruits et ou légumes, pour vérifier notamment l’absences de parasites.

Différents outils peuvent être utilisés pour ces contrôles, les plus utilisés et les moins chers étant les boucles de calibrage, permettant de vérifier le calibre des produits et les codes couleurs, permettant de vérifier la maturité (ex : bananes, tomates,…). D’autres outils existent, comme par exemple le pénétromètre (mesure de la dureté des fruits), le réfractomètre (mesure de l’IR, indice de réfractométrie ou taux de sucre), mais ils sont plus utilisés au stade de gros (expéditeurs, grossistes).

Le rapport d’agréage :

Il est indispensable de réaliser et d’archiver un compte rendu de l’agréage, nommé « fiche d’agréage » notamment en cas de problème, reprenant les points énoncés ci-dessuis. En effet, ce suivi permet de mieux contrôler la fiabilité de vos fournisseurs et, le cas échéant, d’émettre une demande d’avoir argumentée, objective.

A savoir : les problèmes de qualité doivent être signalés le plus rapidement possible au fournisseur. Le règlement COFREUROP, régulièrement utilisé par les fournisseurs dans les échanges nationaux ou internationaux est très strict : « Concernant les marchandises de la catégorie I, la réclamation doit s’effectuer dans un délai de 6 heures à compter de la mise à disposition de la marchandise. Pour les marchandises de la catégorie II, ce délai est porté à 8 heures ».

En respectant ces différentes étapes, vous professionnaliserez votre travail et indirectement celui de vos fournisseurs et de la filière. Le résultat doit se traduire par une qualité accrue, qui sera vite reconnue et appréciée par votre clientèle.

Quelques adresses utiles pour se renseigner et se perfectionner :
Le CTIFL, (http://www.ctifl.fr), qui propose de nombreuses formations, de la plus générale à la plus pointue, Le site http://www.fruits-et-legumes.net, incontournable pour trouver toutes les informations, notamment sur les réglementations en vigueur. INTERFEL, notamment via ses sites internet http://www. interfel.com et http://www.interfelbio.com.