Le Planet-score a le vent en poupe

L’Institut Technique de l’Agriculture Biologique (ITAB) a fait le point de l’avancement du Planet-score le 17 février, lors d’une conférence de presse. Après avoir rappelé les enjeux environnementaux et la méthodologie du Planet-score, plusieurs opérateurs (groupements de producteurs, transformateurs, distributeurs) ont présenté les premiers résultats de leur évaluation. À date, plus de 80 entreprises sont en phase de test et 3 200 produits évalués autour du Planet-score, des discussions sont menées également autour de cette démarche à l’échelle européenne.

À lire aussi -> Affichage environnemental : « L’objectif est d’avoir un déploiement début 2023 »

Rappel des faits

Après le Nutri-score, étiquetage visant à évaluer l’intérêt nutritionnel des aliments, un affichage de leur impact sur l’environnement est en cours de discussion et d’expérimentation. Une première version, déjà utilisée par plusieurs sites internet et applications, est l’Eco-score, basé sur l’Analyse de Cycle de Vie (ACV) des aliments. Or il s’avère que cette méthode, estimant un impact global par kg de produit, favorise systématiquement les modes de production intensifs et aboutit à des aberrations, par exemple à donner une meilleure note à une pomme conventionnelle ayant reçu 35 traitements qu’à une pomme bio, à la fois parce que l’impact environnemental des pesticides n’est pas pris en compte par l’ACV et parce que les rendements sont beaucoup plus élevés en conventionnel.

À lire aussi -> [Exclu BL] ACV, Agribalyse, Ecoscore : un défi pour la bio !

Partant de ce constat, l’ITAB (Institut Technique de l’Agriculture Biologique) propose un autre étiquetage, le Planet-score, mettant en évidence quatre critères – pesticides, biodiversité, climat et bien-être animal – mal ou pas du tout pris en compte par l’Eco score. D’autres modes de calcul ont également été proposés, et une décision doit être prise par les autorités fin 2022 ou début 2023.

Exemples de scoring selon le mode de production 

Les premiers résultats sur le scoring des œufs sont sans appel pour le bio.

Le Planet score fait bouger les lignes !

Le Planet score est de loin le score environnemental qui suscite le plus d’intérêt. Il est en cours d’expérimentation sur 3 200 produits, et de nombreux fabricants et distributeurs (plus de 80 opérateurs) y contribuent, y compris des distributeurs généralistes comme Carrefour, Auchan, Lidl, système U, Monoprix et Danone (ce dernier par l’intermédiaire de sa filiale Les 2 vaches).

À lire aussi -> Affichage environnemental : 48 % des consommateurs préfèrent le Planet-Score

En matière d’élevage, Interbev (Association nationale interprofessionnelle du bétail et des viandes), qui regroupe les principaux acteurs de la filière viande bovine, s’est prononcé en faveur du Planet-score.

Des enquêtes réalisées auprès de plus 10 000 consommateurs ont montré une préférence massive pour le Planet score, comparé à d’autres modes d’affichage de l’impact environnemental. L’accueil très favorable reçu par ce score est donc un signal très encourageant, et une reconnaissance du remarquable travail effectué par l’ITAB.

Un site internet spécialement dédié

Ce fut l’occasion de présenter en avant-première le tout nouveau site Planet-score qui sera mis à jour régulièrement.

Claude Aubert

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here