Ils se mobilisent pour un Plan de développement du bio

Lors du congrès européen de l’agriculture biologique, à Bordeaux, plusieurs acteurs ont lancé un appel pour développer le bio. Photo Valentin Videgrain pour Interbio Nouvelle-Aquitaine.

À l’occasion du Congrès européen de l’agriculture biologique, à Bordeaux, les principales organisations biologiques françaises ont lancé un appel à un nouveau plan bio, qui devra s’articuler avec le plan européen.

À l’heure où la guerre en Ukraine bouleverse le commerce des matières premières et rappelle la dépendance de l’agriculture conventionnelle aux engrais azotés, pesticides et aliments du bétail industriel, un appel a été lancé » à l’occasion du congrès européen de l’agriculture biologique qui s’est tenu les 16 et 17 juin à Bordeaux.

Un Plan de développement de l’agriculture et de l’alimentation bio …

Cet appel souligne que « L’urgence climatique nous appelle à agir au plus vite pour changer de cap. Si nous ne modifions pas rapidement, et en profondeur, notre modèle agricole et alimentaire, l’issue sera très incertaine » et plaide pour « Une autre voie ». Avec à la clé la réduction « de la part de la production intensive de viande dans notre agriculture et dans nos assiettes » et l’affranchissement de l’agriculture « de la dépendance aux intrants ». Cet appel plaide pour le développement des légumineuses, l’allongement des rotations de cultures, la reconnexion de l’élevage et des cultures à l’échelle locale et l’agroforesterie : « Ces techniques existent et constituent la base de l’agriculture biologique, solution la plus aboutie pour la transition agricole et alimentaire ».

pour « enclencher la transition agricole, sociale et alimentaire nécessaire »

IFOAM-France, La Maison de la Bio, la fédération nationale d’agriculture biologique (Fnab), Bio Nouvelle-Aquitaine, ABioDoc, Ecocert, Bio Cohérence, MABD(Mouvement de l’Agriculture Bio-Dynamique), InterBio Nouvelle-Aquitaine, Biomas et Guayapi sont les premiers signataires de cet appel qui appelle les pouvoirs publics à « se donner les moyens » d’atteindre les objectifs fixés pour la bio au niveau européen… Ce qui suppose de mobiliser l’ensemble de l’écosystème agroalimentaire : formation, recherche, conseil, financements, filières et société civile.

Les signataires appellent en conséquence à la mise en œuvre d’un Plan de développement de l’agriculture et de l’alimentation biologique pour « enclencher la transition agricole, sociale et alimentaire nécessaire aux urgences présentes et avenir ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here