Plus militant que jamais, Biocoop veut rester une locomotive de la Bio

Sylvain Ferry, directeur général, et Pierrick De Ronne, président, ont présenté les chiffres 2021 et les ambitions à venir de Biocoop, jeudi 3 mars. Photos Julien Thivin.

En même temps que le salon de l’agriculture, et dans un contexte particulièrement complexe à décrypter, le leader indépendant de la Bio, est venu présenter son bilan de l’année. L’occasion pour Biocoop de réaffirmer son engagement avec des annonces ambitieuses pour l’avenir.

C’est Pierrick De Ronne, président de Biocoop, qui a souhaité dans un premier temps replacer le tassement des chiffres de la Bio dans leur contexte : un ralentissement depuis mai 2021 selon lui beaucoup monté en épingle par le conventionnel désireux de cantonner la Bio à un segment qui aurait définitivement trouvé sa place. Celui qui est aussi gérant de plusieurs magasins n’est pas inquiet sur la tendance générale, soulignant la tendance positive depuis cinq ans et insistant sur le fait qu’il faut continuer les conversions sur ce marché qui reste porteur.

Très légère baisse du chiffre d’affaires pour une enseigne qui confirme sa solidité et son impact

Les chiffres 2021 de Biocoop ont été dévoilés lors de cette conférence de presse annuelle.Sylvain Ferry a enchaîné pour présenter les résultats de l’année précédente qui révèlent effectivement un fléchissement (-1 % de chiffre d’affaires avec 1,6 milliard d’euros contre – 4,6 % pour le marché global de la Bio). Biocoop a néanmoins ouvert 81 magasins en 2021 et demeure le seul distributeur à progresser en part de marché (de 2 points) restant donc, selon son directeur général, un modèle qui répond aux attentes des consommateurs. 

Agir ensemble pour changer le monde

Pour Pierrick De Ronne, « il faut plus que jamais travailler en collectif pour peser ».Président et directeur général ont tenu à réaffirmer fortement l’attachement aux valeurs d’exigence historiques de Biocoop dans un contexte de doute et de manque de clarté autour du message de la Bio, qui plus est perturbé par l’émergence de labels alternatifs (HVE, sans résidus de pesticides). C’est la raison pour laquelle « il faut plus que jamais travailler en collectif pour peser » martèle Pierrick De Ronne qui souhaite entrer dans une logique de preuves puisque selon lui : « nous avons une responsabilité ». 

Le point a aussi été fait sur le marque Biocoop.

Trois objectifs en ligne de mire

C’est ainsi qu’on été dévoilés trois objectifs structurants pour la marque :

  • accélérer la transition écologique avec la relocalisation de filières en amont (moutarde, amande, sarrasin..), l’augmentation du zéro déchet et le vrac (en supprimant les doublons vrac/emballé) et continuer les efforts sur la réductions des émissions carbones ;
  • soutenir le développement de l’économie sociale et solidaire en continuant notamment à aider le modèle agricole alternatif ;
  • favoriser une alimentation bio exigeante en proposant toujours moins de produits ultra-transformés et avec pour ambition 100 % de la charcuterie sans sel nitrité en 2022.

Interpeller les candidats à la présidence

Enfin une campagne d’interpellation des candidats à la présidentielle va être lancée sur les réseaux sociaux afin de mettre en lumière un sujet crucial : les “pesticides”.

Julien Thivin 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here