Regards d’Experts : L’insolente stabilité du lait bio en Allemagne

écrit par Burkhard Schaer – ECOZEPT

Depuis quelques mois, les secteurs du lait bio en France et en Allemagne se retrouvent dans des situations opposées.

En France, les prix sont sous pression, on observe des surproductions, certains éleveurs laitiers bio seraient même en train de retourner vers la pratique conventionnelle. 

Dans le même temps, outre-Rhin, le prix du lait bio payé aux producteurs dépasse les 500€ / 1000 litres et la demande ne peut être satisfaite que grâce aux importations, notamment d’Autriche.

Pourquoi ? 

Il y a plusieurs explications à cette différence étonnante parmi lesquelles la structure du marché, la concentration de la production laitière, et les systèmes d’élevage. 

Mais, sans rentrer dans ces détails techniques, il y a surtout un élément qui frappe sur le marché allemand : c’est la régulation de l’offre et de la demande gérée par les acteurs du marché.

En effet, depuis une expérience douloureuse dans les années 2000, où une surproduction de lait bio avait causé une baisse des prix (on était tombé à 300 € !), laiteries bio et organisations agricoles bio ont mis en place une observation fine du marché. Notamment Bioland. Cette association regroupant 8 500 producteurs se distingue avec un pôle de compétences « Marché laitier », qui organise une veille et un groupe d’experts à l’international. Naturland, Demeter et les autres associations bio participent activement dans ce travail. 

Résultat

Chaque laiterie bio contribue ainsi à la régulation du marché en appliquant des listes d’attente pour les élevages en conversion : les nouveaux contrats d’approvisionnement sont signés uniquement à partir du moment où la vente vers l’aval est assurée. 

La prudence est le maître-mot et on préfère importer des « quantités-tampon » d’Autriche que de sur-approvisionner le marché. 

Deux autres éléments caractérisent le succès des laiteries bio allemandes : innovation et diversification. Avec des gammes larges et profondes, des produits et recettes novateurs : on capte toutes les opportunités du marché. 

Rappelons que pour le lait en Allemagne, une grande partie des ventes se fait en lait frais (pasteurisation basse température, sans ultrafiltration), en bouteilles de verre consignées.

 

 

 

 

 

 

 

Les inquiétudes et propositions de la filière française de lait bio pour remédier à la situation sont relayées dans cet article de Ouest France :  Salon de l’agriculture. Lait bio : toute une filière en ébullition.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here