NUMERO : Jan-Fev 2013 – BL 44

Quels nutriments et plantes en cas de…sinusite

Qu’est-ce que la sinusite ?

Etymologiquement, la sinusite est une inflammation des muqueuses qui recouvrent les sinus. Il existe quatre paires de sinus qui communiquent avec les fosses nasales par de petites cavités : les sinus frontaux, sphénoïdaux, maxillaires et ethmoïdaux.

De manière générale, le mucus produit par les sinus se déverse naturellement dans les fosses nasales. Toutefois, en cas de polypes, d’infection dentaire ou ORL par un virus, une bactérie ou un champignon, la muqueuse irritée enfle et l’accumulation du mucus obstrue les sinus. On parle de sinusite aigüe quand les symptômes ne durent pas plus d’un mois et de sinusite chronique au-delà de trois mois, mais dans les deux cas, vous pouvez soulager vos clients en diminuant l’irritation et l’encombrement, en complément de séances d’ostéopathie crânienne.

Quelles recommandations alimentaires ?

Dans un premier temps, il est préconisé de boire abondamment pour permettre d’éclaircir plus rapidement les sécrétions.
De plus, même si cela reste controversé par certains, il est toujours préférable de faire diminuer la consommation de produits laitiers de vache car ils augmenteraient la production de mucus chez les personnes qui y sont particulièrement sensibles. En remplacement proposez des alternatives végétales (boissons végétales, yaourt soja, etc.).

Quels compléments proposer ?

Afin de cibler au mieux vos recommandations, vous devez savoir quelle est la cause exacte de cette sinusite : allergie respiratoire, pollution de l’air, tabagisme actif ou passif, polype, faiblesse immunitaire, infection dentaire, suite d’un rhume ou de toute autre maladie ORL, bains de mer ou plongée sous-marine…

La bromélaïne

Cette enzyme extraite de l’ananas, possède de puissantes propriétés anti-inflammatoires. Elle améliore les symptômes des rhinosinusites aigues ou chroniques en réduisant l’inflammation et la congestion des sinus. Vous pouvez la conseiller à raison de 500 mg, 1 à 3 fois par jour, à prendre à jeun avant les repas. De plus, cette substance potentialise l’effet des autres traitements (allopathiques ou plus naturels) déjà mis en place.

L’Andrographis paniculata

L’organisation mondiale de la santé (OMS) reconnaît l’utilisation de cette plante pour le traitement des affections respiratoires sans complications dont les sinusites puisqu’elle réduit les congestions et diminue les sécrétions nasales. Ses actions anti-inflammatoires et immunostimulantes combinées, font de cette plante une arme redoutable en période hivernale à raison de 400 mg, 1 à 3 fois par jour.

L’Eucalyptus globulus

C’est pour ses propriétés mucolytiques, c’est-à-dire sa capacité à fluidifier les sécrétions, mais également ses propriétés bactéricides que vous devez conseiller les feuilles d’Eucalyptus globulus. Vos clients pourront prendre 3 fois par jour, soit une infusion de feuilles (3g par tasse d’eau bouillante pendant 10 minutes), soit des extraits de plante.
La N-acétyl-Cystéine possède également des propriétés mucolytiques. Vous pouvez la recommander à raison de 600 mg par jour répartis au moment des différents repas.

Le Plantain

Le plantain (Plantago major) possède des vertus anti-inflammatoires et antibactériennes. À ce titre, il peut donc être utilisé seul à raison d’une gélule de 300 mg avant chaque repas ou en synergie avec le marrube blanc (Marrubium vulgare).

D’autres plantes sont également très efficaces seules ou en mélange : Arbre à thé (Melaleuca alternifolia), Euphraise (Euphrasia officinalis), Gentiane (Gentiana lutea), Oseille (Rumex acetosa), Primevère (Primula veris), Sureau noir (Sambucus nigra) et Thym (Thymus vulgaris).
Elles peuvent aussi être soutenues par les vitamines D et C ou le zinc qui aident très efficacement le système immunitaire.

Quelles huiles essentielles recommander ?

Sous forme d’inhalations

Après lavage des sinus à l’eau de mer, faites inhaler au dessus d’un bol pendant 10 minutes et 2 fois par jour, jusqu’à disparition des symptômes un mélange de :

● 3 gouttes d’HE d’arbre à thé (Tea tree), 3 gouttes de bois de rose, 3 gouttes de ravintsara et 1 goutte de menthe. Cette préparation peut aussi être inhalée à sec sur un mouchoir, 3 à 4 fois par jour.
● 2 gouttes d’HE d’eucalyptus, 2 gouttes de pin, 2 gouttes de thym et 2 gouttes de menthe poivrée.
N’hésitez pas à faire respirer pendant une petite minute du Climarome, sur un mouchoir et à faire renouveler l’opération 4 à 5 fois par jour.

À avaler

Faites prendre 4 fois par jour pendant 5 jours 1 goutte de chaque : HE eucalyptus radié, thym à thujanol, lavande aspic que vos clients pourront déposer sur un comprimé neutre à laisser fondre en bouche ou une cuillère à café d’huile courante.

En massage

Faites appliquer directement sur la zone congestionnée et jusqu’à 6 fois par jour, un mélange à part égale d’HE d’eucalyptus radié, d’arbre à thé, de menthe poivrée et de ravinstara, dans une base d’huile végétale neutre (type calendula).
L’HE de romarin permet également de dégager les voies respiratoires en cas de rhinites et sinusites en inhalation ou en massage.