NUMERO : mai-juin 2013 – BL 46

50 années au service de l’agriculture biologique !

« De la marginalité à la reconnaissance, le long chemin des pionniers de la bio, ers d’avoir été à la source de ce qui apparaît – enn – aujourd’hui, comme une évidence…»

Cette assemblée générale du cinquantenaire a réuni 145 pionniers et enfants de pionniers des régions de France dans une ambiance festive ponctuée par le discours du vice-président résumant les temps forts de 20 ans d’activité de l’association. Puis c’est l’heure de la remise du trophée des pionniers de la bio, créé par l’association pour récompenser ceux qui ont tant donné… et n’ont jamais rien reçu. Cette année, 5 trophées ont été remis à des agrobiologistes des années 1960-1970 et à M. Odouard créateur de la société CÉRÉAL. Avec beaucoup d’autres, ils ont montré le chemin. L’agriculture biologique nouvelle leur doit tout, car sans leur travail et leur ténacité, la bio d’aujourd’hui n’existerait certainement pas.

Bio Linéaires, suite du journal Agriculture & Vie créé en 1964 par Raoul, Jean-François et Pierre Lemaire remercie tous ceux qui ont participé à leur manière à cette épopée et a voulu en savoir plus auprés des deux créateurs de cette association de pionniers, Jacques Monin et Claude Artur.

 

 

Pourquoi une association des Pionniers de la Bio ?Claude Artur et Jacques Monin :

Après l’arrêt des activités de la Maison Lemaire dans les années 80, certains responsables de régions ont décidé de poursuivre diéremment l’aventure de la bio en créant une association. Hommes de terrain depuis 1963, nous avons acquis de nombreuses connaissances au contact des précurseurs de l’époque comme Raoul Lemaire, Jean Boucher, Louis Sévelinges, Rudolf Steiner, André Louis, Mattéo Tavéra, L.Cl.Vincent, André Birre, H.Ch.Georoy, le docteur – vétérinaire Quiquandon, Cl.Louis Kervran et beaucoup d’autres. Le but de l’association des Pionniers de la Bio est de transmettre aux autres ce qu’ils ont eu la chance d’apprendre.

 

Quelles sont le rôle et les missions de l’association ?

Forts de toutes ces connaissances nous sommes détenteurs de livres et ouvrages de l’époque et de journaux depuis 1964. C’est pourquoi, nous avons ainsi réédité de nombreux ouvrages : le Précis de culture Biologique de Jean Boucher (1964), le Mémento d’aromathérapie vétérinaire de Jacques Lagrange publié en 1972 (qui était l’adjoint du Dr vétérinaire Quiquandon), le Blé, la Farine, le Pain et la Santé de l’homme de Daniel Pécot (1969). C’est cette trilogie de l’agriculture biologique dans son éthique et ses fondements que nous souhaitons pouvoir faire partager au plus grand nombre. En eet, dès 1989, nous avons créé en Anjou, là où est née l’agriculture biologique pratique, le 1er salon Festi-Bio (réservée au grand public) qui a perduré 20 ans pour se terminer en 2010. Ces deux actions complémentaires ont fait connaître l’association des pionniers. Notre participation à des petites foires agricoles, puis à des salons régionaux plus importants et à des grands salons bio (Colmar, Primevère à Lyon, le Space à Rennes, etc.) et enn à des grands salons professionnels de l’agriculture biologique d’envergure nationale comme Tech et Bio à Valence dans la Drôme et à Château-Gontier en Mayenne nous ont permis de nous faire davantage connaitre et reconnaître. Cette permanence constante des pionniers de la bio sur ces salons a eu sa récompense le 28 février dernier. En eet, nous avons été invités par l’Agence Bio à participer au séminaire international de l’agriculture biologique au salon de l’agriculture à Paris. Cette invitation des plus hautes instances de la bio en France, dont Mme Mercier, directrice de l’Agence, a été ressentie comme un honneur par l’association des pionniers de la bio et sur le fait que justice – soit enn rendue à tous les Pionniers de France.