Agronomie et agriculture

Ce qui devrait changer en 2009 (suite)

Étiquetage et Protection des ...

Ce qui devrait changer en 2009

Les ministres de l’agriculture de l’Union européenne ont conclu le 12 juin dernier un accord politique sur un nouveau règlement relatif au mode de production biologique et à son étiquetage. Depuis la mouture proposée fin 2005 par les services de la commission qui paraissait plutôt préjudiciable à la bio, on constate depuis beaucoup d’améliorations. Pour mieux comprendre ce qui devrait réellement changer, nous reprenons ci-après les principales modifications et ajouts à cette réglementation. Rappelons que le but est de définir un ensemble complet d’objectifs, de principes et de règles fondamentales pour le mode de production biologique; avec un nouveau régime permanent d’importation et un régime de contrôle plus cohérent. Enfin, signalons que ce règlement ne reprend que les règles générales. Le règlement d’application n’est pas encore rédigé...

L’agriculture mondiale 100 % bio : rêve ou réalité de demain ?

L’agriculture biologique est-elle vouée à rester minoritaire ou peut-elle se généraliser ? Oui, disent ses partisans. Non, répondent la majorité des spécialistes, sachant qu’il faudra, d’ici 2050, augmenter la production agricole de 70% pour nourrir les 9 milliards d’habitants que devrait alors compter la planète.

bio – Le blé bio, une production essentielle

Le blé est la plante la plus cultivée en France. En conventionnel, c'est une des cultures les plus intensives, avec une utilisation de quantités importantes d'engrais et de pesticides, d'où des rendements record, qui peuvent atteindre 100 quintaux à l'hectare. En bio, les rendements sont nettement moins élevés. Le blé est même la culture pour laquelle la di érence de rendement entre bio et conventionnel est la plus élevée : en moyenne nationale, 39 qx/ha en bio contre 75 en conventionnel, soit presque moitié moins.

L’étiquetage des produits Bio…

La nouvelle règlementation européenne sur l’agriculture biologique et l’étiquetage des produits biologiques est entrée en application depuis le 1er janvier dernier. Comme nous l’avons déjà évoqué dans nos précédents numéros, les changements portent essentiellement sur la forme. Les fondements, les grands principes de l’agriculture biologique, ses règles et ses interdictions sont principalement maintenus. En revanche, quelques modifications sont à prendre en compte. Il faut donc se préparer sur les 2 à 3 ans à venir, à vivre une période de transition pour la mise en place effective de cette nouvelle règlementation. C’est pourquoi, nous reprenons ci-après la question souvent posée sur les changements qui auront lieu dans l’étiquetage bio...

Vin « bio » : où en est la réglementation européenne ?

Pour quoi le logo AB n’est-il pas présent sur toutes les étiquettes de vin commercialisé dans les magasins ? Pourquoi dit-t-on un «vin issu de raisins de l’Agriculture Biologique » et non un « vin biologique »? Pourquoi les chartes de vinification bio existent-elles ? Les doses de sulfites sont-elles moins importantes en bio que dans le conventionnel? Certains additifs conventionnels sont-ils utilisés dans la vinification en bio? Voici quelques unes des questions qui reviennent régulièrement en magasin. Dansl’attentedelanouvelleréglementation européenne sur la vinification qui devrait voir le jour courant 2010, quelques interrogations subsistent toujours. C’est pourquoi, pour vous soutenir dans votre quotidien nous vous présentons un résumé de la législation en vigueur et à venir...

La fertilisation biologique

L’agriculture biologique n’utilise pas d’engrais chimique. Pourquoi et par quoi les remplacer ? Le compost est le fertilisant emblématique, mais c’est loin d’être le seul..

Insectes, maladies et mauvaises herbes : comment fait-on en bio ?

L’agriculture biologique interdit tous les pesticides de synthèse, dont on mesure chaque jour davantage l’impact négatif sur notre santé et sur l’environnement. Les remplacer par des pesticides naturels n’est pas la principale alternative, contrairement à ce qu’on pourrait penser. Des mesures préventives permettent en effet de diminuer fortement les attaques de maladies et de ravageurs

La commercialisation des produits en conversion ?

Les temps de période de conversion vers l’agriculture biologique sont généralement mal connus des consommateurs. 2, 3, 5 voire 10 ans sont parfois annoncés. Pour certains, une fois informés des temps légaux, ces périodes semblent toujours insuffisantes en raison de la contamination des sols par les engrais et les pesticides chimiques de synthèse. Toutefois, malgré toutes les dispositions prises (méthode d’assainissement, analyses, prélèvements…) pour qu’à la fin de cette période les sols soient redevenus sains, certains consommateurs restent encore septiques sur les produits en conversion. Pourtant, en les proposant, ils permettent d’encourager et de soutenir en grande partie la filière bio française. Quelques conseils pour bien les connaitre et les mettre en valeur…

Pas de cahier des charges vin bio européen 2010

La Commission européenne a décidé de retirer le 16 juin dernier son projet de règlement sur la vinification Bio. Face à l’opposition frontale entre une Europe du Nord demandeuse de solutions techniques lui permettant de répondre à de fortes pressions parasitaires, d’une part, et une Europe du sud favorisée par des conditions climatiques plus clémentes, d’autre part, aucun compromis n’a pu se dessiner à ce stade. Toutefois, la profession ne capitule pas et va tout mettre en oeuvre pour que le consommateur puisse encore trouver des vins les plus naturels possibles.