NUMERO : N°95-mai-juin 2021

CELTIC : une eau minérale pure et vertueuse

Partagez cet article

En matière de boissons, quand on évoque l’Alsace, on pense en général à la bière et au vin, sûrement pas à l’eau minérale, à laquelle on associe plutôt les Alpes, l’Auvergne ou les Pyrénées. Pourtant l’Alsace est riche de nombreuses sources et d’une longue tradition de thermalisme, un patrimoine dans lequel est ancré Celtic, une eau minérale aux caractéristiques remarquables, embouteillée depuis plus de 20 ans au sein du groupe Moulin des Moines.

 

En matière de boissons, quand on évoque l’Alsace, on pense en général à la bière et au vin, sûrement pas à l’eau minérale, à laquelle on associe plutôt les Alpes, l’Auvergne ou les Pyrénées. Pourtant l’Alsace est riche de nombreuses sources et d’une longue tradition de thermalisme, un patrimoine dans lequel est ancré Celtic, une eau minérale aux caractéristiques remarquables, embouteillée depuis plus de 20 ans au sein du groupe Moulin des Moines.

|  Appréciée depuis plus de 2000 ans

Le rocher sculpté de la Liese.

Il n’est pas rare que les sources de qualité soient connues depuis des siècles. Celle qui alimente la ligne d’embouteillage de Celtic peut même s’enorgueillir d’une histoire deux fois millénaire, comme son nom l’indique : « Cela surprend souvent, mais l’Alsace se situe dans le bassin originel de la civilisation celte, qui allait du Rhin au Danube, explique Alain Andreolli, directeur Marketing de Celtic et passionné d’histoire locale. Il y a 3 000 ans, l’actuel Bas-Rhin était habité par le peuple des Médiomatriques, qui furent remplacés un peu plus tard par les Triboques. Dès cette époque, sur les hauteurs du massif qui surplombe notre source de Niederbronn-les-Bains, un culte était rendu à une déesse de l’eau et de la fertilité, dont il subsiste une représentation sculptée dans un rocher, surnommé la Liese, datant des Gaulois ou des Gallo-Romains ».

« Le nom de Niederbronn, que l’on peut traduire par la ‘‘source d’en bas’’, traduit d’ailleurs l’importance de l’eau dans l’histoire de cette petite ville du piémont des Vosges, qui compte au moins treize sources sur son territoire. Les Romains y construisirent des thermes, associés aux aussi à un culte de l’eau. Au 16e siècle, le comte de Hanau Lichtenberg, seigneur local, fit construire une maison des bains, l’eau de Niederbronn étant réputée pour lutter entre autres contre les rhumatismes et les maladies du foie et de l’estomac. La ville devint une station thermale réputée durant les années 1800, un établissement thermal y étant construit en 1828. Un siècle plus tard, en juillet 1926, Niederbronn-les-Bains fut classée station thermale par arrêté ministériel, devenant officiellement la première station hydrominérale d’Alsace ».

|  Mise en bouteille depuis 1986

Une nouvelle ligne d’embouteillage pour les bouteilles plastiques a été inaugurée en 2019.

Parmi les nombreuses sources de la ville, c’est celle de la Liese, justement, qui est captée par Celtic. Pendant des générations, les habitants des environs y venaient pour remplir des bidons de son eau, très appréciée à la fois pour son goût pur et la réputation de ses nombreux bienfaits. Des bienfaits tellement évidents que la municipalité fit en 1966 une demande de classement comme eau minérale, afin de valoriser cette ressource.

L’agrément ne fut cependant donné par le ministère de la Santé qu’au bout de 20 ans, en 1986, un délai long qu’explique Alain Andreolli : « Une eau minérale bénéficie d’un agrément ministériel comme telle car elle possède des vertus thérapeutiques, avec une stabilité dans le temps de sa composition en minéraux, contrairement à une eau de source dont la composition peut varier. Prouver cette stabilité parfaite a donc nécessité de longues années ».

L’embouteillage commença en 1986, concédé à une jeune entreprise agroalimentaire alsacienne. Mais au bout d’une dizaine d’années, en 1999, cette première société des eaux Celtic dut malheureusement déposer le bilan, en raison de mauvais choix techniques et stratégiques. Edouard Meckert, fondateur et directeur général du Moulin des Moines, la société alsacienne bien connue, qui fait partie des pionniers de la Bio en France (elle a fêté son 50e anniversaire en 2020), estimait qu’il serait très dommage de voir fermer la seule source d’eau minérale du Bas-Rhin (il y en a plusieurs dans le Haut-Rhin) et ainsi disparaître une telle ressource de qualité, importante à la fois dans l’intérêt des consommateurs et pour l’économie locale. C’est ainsi que Celtic entra dans le groupe Moulin des Moines, s’ajoutant à d’autres entreprises régionales réputées.

|  La source Celtic, une eau d’une grande pureté

« Le premier critère qui avait séduit M. Meckert, c’est le profil exceptionnel de cette eau, souligne Alain Andreolli. Puisée à environ 45 m de profondeur, filtrée par le grès des Vosges, on peut la qualifier de très pure, car elle est très faiblement minéralisée : moins de 50 mg de minéraux par litre. Contrairement à ce qu’on croit souvent en effet, moins il y a de minéraux dans une eau, mieux elle peut jouer son rôle parfait de véhicule pour éliminer les toxines, pour bien drainer et hydrater le corps. De plus, sa teneur en sodium – 1,1 mg / litre – est une des plus faibles d’Europe. Non seulement elle est ainsi recommandée pour tous les régimes où il faut limiter l’apport en sel, mais en plus elle l’est également pour la préparation des biberons des nourrissons. Plus généralement, l’eau minérale Celtic est recommandée en cas d’affections cardio-vasculaires et rénales, ainsi que dans les cas d’hypertension ».

Verre ou plastique recyclé/recyclable, en version classique ou avec bouchon « sport », la Celtic est disponible en de nombreux formats.

L’eau Celtic est bien entendu soumise quotidiennement à des analyses qualité, en premier lieu microbiologiques. Chaque mois, d’autres analyses plus poussées ont également lieu, confiées à des laboratoires extérieurs spécialisés, complétées par une analyse annuelle majeure dont les résultats représentent un dossier d’une trentaine de pages : « Certaines personnes sont parfois surprises qu’on puisse en dire autant sur un produit qui n’est a priori que de l’H2O. Mais en fait il y a énormément de choses à vérifier quand on vise une qualité parfaite. Nous travaillons entre autres avec l’ARS, l’Agence régionale de santé, et à toutes ces analyses s’ajoutent aussi des audits réguliers faits par certains de nos clients ».

Situé au cœur d’une zone protégée de plusieurs dizaines d’hectares, le petit bâtiment qui abrite la source proprement dite se trouve dans un espace clôturé, surveillé 24h/24 : « L’embouteillage a lieu a à peine 500 m de la source, le trajet de l’eau étant donc très facile à contrôler. Source et usine sont en pleine forêt, à l’extérieur de la ville, sans la moindre activité humaine dans toute la zone et sans le moindre risque de contamination indirecte par d’autres cours ou nappes d’eau. L’eau Celtic, c’est zéro pesticides, zéro métaux lourds et autres polluants, dont zéro traces de médicaments comme on en trouve parfois dans l’eau à proximité des habitats ».

 

|  Un succès international

L’eau Celtic présente enfin une dernière caractéristique exceptionnelle : « Notre source est située dans le Parc naturel régional des Vosges du Nord, créé en 1975, qui fait partie de la réserve de biosphère transfrontalière Vosges du Nord-Pfälzerwald reconnue par l’Unesco en 1998. Sauf erreur, aucune autre minérale française n’est dans ce cas. Fin 2020, Celtic a de plus reçu le label ‘‘Valeur parc’’, qui vient confirmer que notre activité est en phase parfaite avec la préservation du site naturel des Vosges du Nord ».

« Tous ces éléments font de Celtic une eau que l’on peut qualifier d’exceptionnelle, une eau pure, vivante, bien loin de l’eau du réseau que certains veulent promouvoir, parce que cette dernière est accessible à tous, chez soi au robinet. Mais il ne faut pas oublier que l’eau du réseau est soumise à de nombreux traitements chimiques, et que malgré cela il peut rester des traces de substances indésirables. Sans oublier qu’elle est tributaire du bon état des canalisations ! En plus, sa qualité minérale n’est pas uniforme, variant grandement d’une région à une autre. Rien à voir donc avec une eau minérale à la composition précise et constante ! ».

Pour toutes ces raisons, l’eau Celtic – proposée en trois versions : Bleue, eau plate ; Verte, eau pétillante légère ; Rouge, eau pétillante forte – est très appréciée à l’international : « L’export représente 70 % de nos ventes. Au niveau national français, nous sommes exclusivement vendus dans le réseau bio, avec un nombre d’implantations croissant, aidé par le fait que nous sommes une source indépendante, à capitaux 100 % familiaux et appartenant à une entreprise, le groupe Moulin des Moines, dont l’ADN est bio depuis plus de 50 ans et qui apporte sa logistique de distribution dans 2 500 magasins spécialisés en France ».

|  Un embouteillage toujours plus vertueux

C’est écrit sur les packs : les bouteilles rPET
et le film PE sont d’origine 100 % recyclés et 100 % recyclables.

En 2019, Nicolas Meckert, fils d’Edouard et directeur général de Celtic, met en chantier une nouvelle ligne d’embouteillage dans les locaux de Niederbronn : « Cette nouvelle ligne est non seulement plus performante, mais en plus elle nous permet entre autres d’économiser 25 % d’énergie et donc d’améliorer notre bilan carbone. Mais ce n’est pas la seule chose que nous avons modifiée ces derniers temps pour être toujours plus ‘‘vertueux’’… Ainsi, depuis un an, toutes nos bouteilles plastiques sont en rPET, du PET d’origine 100 % recyclée et 100 % recyclable. Quant au film plastique qui entoure les packs de bouteilles plastique, il est également d’origine 100 % recyclé. C’est du polyéthylène également recyclable, qu’on peut donc mettre dans la poubelle jaune, comme nous le précisons sur l’étiquetage ».
« Enfin, pour nos bouteilles en verre, une offre rare dans le réseau bio au niveau national – verre qui est une présentation de plus en plus appréciée, pas seulement parce que c’est un matériau recyclable à l’infini mais aussi grâce au retour de la consigne – nous sommes passés à un bouchon à vis 100 % métal, sans bague plastique, ce qui en facilite le recyclage ».

Nicolas Meckert, DG de Celtic.

Quand on met sur le marché une eau déjà exceptionnelle par sa composition et sa pureté, c’est l’industrialisation, et notamment l’emballage, qui peut faire l’objet d’investissements pour rendre le produit encore plus vertueux et écologique. Celtic l’a bien compris et n’a pas fini d’en faire bénéficier le marché et surtout le réseau bio.

 

 

 

 

Partagez cet article