NUMERO :

AYUR-VANA : bien plus que des produits, un art de vivre

Visite instructive dans une forêt indienne en compagnie d’un médecin ayurvédique : Ayur-vana puise à la source les bienfaits naturels de ses gammes.
Ayur-vana… Comme dans « Ayurvéda », où « Ayur » signifie « vie » et « véda » « science, connaissance ». Mais ici, « vana » veut dire « source, fontaine ». Ayur-vana, c’est donc une « source de vie ». Une source de vie qui ne se limite cependant pas à des produits que l’on achète pour se sentir bien. Cette marque originale propose en effet une véritable approche holistique du bien-être, totalement en phase avec la philosophie du circuit bio.

Une marque née de rencontres…

La naissance d’une entreprise, c’est souvent une question de rencontres. Rencontre d’expériences, rencontre de personnes. Et c’est exactement ce qu’il s’est passé avec la société Ayur-vana, née il y a plus de 20 ans, comme le raconte son président et fondateur, Jean-Marc Réa : « Au départ, j’avais une expérience strictement commerciale, mais entouré par des médecins et passionné par les sujets relatifs à la santé, je me suis rendu compte des attentes de nombreuses personnes en recherche de bien-être, très demandeuses d’une meilleure écoute de l’individu dans sa globalité, c’est-à-dire d’une approche plus holistique de la santé ».

Jean-Marc Réa,
Président d’Ayur-vana.

Jean-Marc Réa créa ainsi d’abord une entreprise commercialisant des produits de médecine douce, notamment de phytothérapie. Vint alors la rencontre avec un médecin d’origine indienne, qui lui fit découvrir l’Ayurvéda, science très ancienne puisque ses premiers écrits remontent à 4.500 ans. La commercialisation de produits ayurvédiques en provenance d’Inde fut alors lancée, mais avec le constat rapide d’une traçabilité et d’une qualité des plantes mal maîtrisées. Il en fallait plus pour briser la passion de l’entrepreneur pour l’Ayurvéda : « Tous les problèmes rencontrés m’ont conduit à la conclusion que pour aller plus loin dans cette voie, il fallait que je m’occupe moi-même du sourcing, pour le sécuriser ».

L’Ayurvéda est une médecine traditionnelle reconnue par l’Organisation Mondiale de la Santé depuis 1982.

Transmission de savoir : Marie-Charlotte Réa avec une femme indienne.

L’Ayurvéda : se connaître soi-même

Mais pourquoi l’Ayurvéda, dont on parle de plus en plus, mérite-t-il autant d’attention ? « En préambule, il n’est pas inutile de souligner que c’est une médecine traditionnelle reconnue par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) depuis 1982, rappelle Jean-Marc Réa. Pour simplifier, on peut dire que sa vision holistique rappelle celle de l’homéopathie, mais avec des pratiques différentes. L’idée de base est que notre comportement, nos émotions et nos pensées affectent notre santé. Pour améliorer notre bien-être, il faut donc se connaître, être à l’écoute de soi… Le problème étant que beaucoup de personnes ne se connaissent pas vraiment elles-mêmes ».

« L’Ayurvéda propose justement une démarche pour mieux se connaître, passant par l’alimentation, la méditation, les massages et bien d’autres pratiques encore. C’est une approche qui prend en charge l’individu dans sa globalité, aussi bien sur le plan physiologique que psychologique. Et à partir du moment où une personne fait la démarche de mieux se connaître, elle se rend compte que bien des problèmes se solutionnent… ».
A ceux qui se reconnaissent dans cette approche, à laquelle on ne peut qu’adhérer – surtout dans le monde de la bio – Ayur-vana propose une porte d’entrée dans l’Ayurvéda, expliquant les principes des trois énergies vitales, les doshas, appelés Vâta, Pitta et Kâpha. Cela semble complexe ? Nullement, car il existe des méthodes simples pour déterminer sa propre « constitution ayurvédique », par exemple par le biais d’un questionnaire ou de tableaux proposés par Ayur-vana. Et une fois cette constitution ayurvédique déterminée, il est aisé de savoir vers quels types de plantes, aliments ou pratiques il faut se tourner pour améliorer son bien-être.

Un art de vivre

Grâce à ses longues années d’expérience, Ayur-vana maîtrise cet art de vivre, dépassant de loin le simple acte commercial : « Nous ne vendons pas seulement des produits, nous essayons aussi d’intéresser les gens à cette philosophie qu’est l’Ayurvéda. Et en même temps, en faisant comprendre l’Ayurvéda, nous faisons aimer Ayur-vana », sourit Jean-Marc Réa.

« L’Ayurveda est liée à la phytothérapie bien sûr : telle plante a tel effet, comme le Triphala qui stimule et régule le transit intestinal ou le Guggul qui aide à maintenir des taux sains de cholestérol (avec l’avantage, par rapport à la levure de riz rouge, de ne pas contenir de statines). Mais il y a une autre dimension avec les plantes ayurvédiques, qui est leur capacité à réguler telle ou telle énergie, l’objectif étant d’arriver à l’équilibre des trois doshas pour assurer le bien-être ».

Ayur-vana fait dans ce but un important travail de vulgarisation, mot que Jean-Marc Réa ne rejette pas du tout : « Nous sommes aujourd’hui probablement la seule marque à faire un tel travail de présentation et d’écriture, notamment avec le livret-catalogue, revu tous les 6 mois, mis à disposition des magasins pour qu’ils puissent le distribuer à leurs clients et qui peut également être consulté en ligne. De plus nous formons aussi les distributeurs s’ils en font la demande. Notre but est vraiment de rendre l’Ayurvéda ludique et accessible à tout le monde, pour que chacun adopte cet art de vivre auquel nous participons avec nos produits ».

Des plantes qui ont fait leurs preuves

A ceux qui hésiteraient, on peut rappeler qu’Ayur-vana propose de nombreuses plantes connues pour leur efficacité, comme le Neem, le Shatavari ou le Boswellia. A ce propos, la marque a d’ailleurs souvent été précurseur, en étant la première à mettre sur le marché français certaines plantes, voire à faire les démarches pour autoriser leur vente dans l’Union Européenne (numéro NUT en Belgique, procédure dite de « l’article 16 » en France, etc.) : « Beaucoup de plantes dont on parle aujourd’hui sont celles sur lesquelles nous avons travaillé pour qu’elles soient reconnues et acceptées sur le marché européen », précise Jean-Marc Réa, citant par exemple le Shatavari, très intéressant pour les femmes, ou le Guggul, déjà évoqués. Mucuna ou Brahmi sont aussi des plantes qu’Ayur-vana contribue actuellement à faire connaître.

Guggul, Shatavari et Mucuna, trois plantes ayurvédiques qui deviendront, comme d’autres avant elles, des incontournables grâce à Ayur-vana.

Qualité garantie

Mais tout ceci ne serait rien si, en amont, il n’y avait pas une qualité optimale et une traçabilité absolue, ces critères qui avaient porté Ayur-vana sur les fonts baptismaux : « Bien entendu, nous recontrôlons systématiquement toutes les plantes que nous importons en France, tous nos produit finis – compléments, cosmétiques, épices, infusions, gommes…- étant fabriqués ici dans l’Hexagone. Ces contrôles portent sur les pesticides, les métaux lourds, la microbiologie, et viennent compléter ceux qui sont préalablement réalisés en Inde. Nous sommes d’ailleurs très officiellement importateurs de plantes, car nous en revendons aussi à d’autres laboratoires, sur le marché français et européen ».

Essentiel : le voyage annuel de Jean-Marc Réa en Inde, à la rencontre des producteurs.

Cet engagement d’Ayur-vana se traduit également par le long voyage, effectué chaque année en Inde par Jean-Marc Réa et sa fille Marie-Charlotte, Directrice Générale de l’entreprise. Ils rendent visite à leurs différents partenaires, notamment ceux qui font des extractions sur place, mais aussi les grossistes ou encore les certificateurs (Ecocert Inde, Onecert). Ils rencontrent les paysans qui produisent les différentes plantes et constatent les projets socio-équitables que les partenaires soutiennent, comme la construction d’écoles ou l’amélioration des infrastructures agricoles.

Une vraie réponse aux préoccupations actuelles

Ayur-vana, on l’aura compris, c’est une entreprise qui s’appuie sur une authenticité qui va de l’engagement familial à un niveau d’exigence inégalé sur la qualité. Les 63 références de la marque représentent d’ailleurs cette approche holistique du bien-être.
Les engagements et la philosophie d’Ayur-vana s’adressent à un circuit spécialisé : « Il est hors de question qu’Ayur-vana soit distribué en grande surface ou en parapharmacie », confirme Jean-Marc Réa. Efficaces, différenciants, ces produits sont parfaitement adaptés aux magasins bio.

A l’instar des compléments, les épices Ayur-vana s’affichent avec des contenants de grande qualité.

« Nous avons travaillé de nouveaux packagings à la présentation colorée et attrayante, aux allégations précises et simples, bien entendu toutes validées. Une présence intensifiée dans la presse depuis le début de l’année 2017 stimule la demande. Nous sommes également bien armés pour les magasins en libre-service grâce à notre brochure d’information ».

« Les consommateurs attendent du circuit bio qu’il leur propose autre chose que ce qu’ils trouvent dans le conventionnel, termine Jean-Marc Réa. Nous sommes parfaitement en phase avec leurs questionnements actuels, d’autant plus que nous leur parlons – par notre approche ayurvédique à la fois simple et approfondie – de ce qui les intéresse le plus : eux-mêmes. Comme déjà dit, nous leur apportons non seulement des produits, mais aussi toute une philosophie, un art de vivre. En achetant Ayur-vana, ils accèdent en même temps à une connaissance dont ils vont directement bénéficier ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here