Règles d’or pour mettre en avant les pommes et les poires

Nous arrivons dans une période de transition où les fruits estivaux se terminent et les rayons se parent de couleurs automnales. Dans cette profusion de produits, faisons ici le point sur les pommes et poires, 2 produits essentiels, la pomme étant notamment le premier fruit acheté en France devant les bananes et les oranges. Preuve de leur importance, pommes et poires peuvent représenter 15 % du CA du rayon fruits et légumes à certains mois !

Le poireau bio : des vertus ancestrales…

Déjà cultivé par les Égyptiens, puis adopté par les Grecs et les Romains, le poireau était l’aliment préféré de Néron pour l’entretien de ses cordes vocales d’où le nom de « porrophage » (mangeur de poireau). Introduit par ces mêmes romains en Grande-Bretagne, il devient le légume national. Emblème des Gallois, appelé « porée » pour la soupe au Moyen-Âge, et même qualifié «d’asperge du pauvre », le poireau reste une valeur sûre à la fois sur le plan gustatif et nutritionnel. 

Le tofu sous toutes ses formes

Remplacer la viande et les produits animaux en général par du soja devrait être un réflexe pour tous en vue de prendre non seulement soin de sa santé mais aussi de la planète. Le tofu en représente une des alternatives, désormais disponible sous de multiples formes et qui ne cesse de connaître des innovations successives.

Les pâtes fraîches biologiques

On a l’habitude de distinguer trois types de pâtes alimentaires : les pâtes sèches de votre rayon épicerie, les pâtes semi-fraîches que vous trouvez en barquettes au rayon frais et les réelles pâtes fraîches maison à consommer dans la journée. Comment sont confectionnées les pâtes fraîches que vous vendez ? Pourquoi les conseiller ? Quels sont leurs atouts nutritionnels ?

Chocolats de Pâques : un événement à ne pas sous-estimer

Après Noël, Pâques est la deuxième plus grande période de vente du chocolat en France. Plus de 30% du chiffre d’affaires serait fait à Noël contre 20% à Pâques. À quelques semaines de l’événement, voici quelques conseils pour préparer au mieux ce rayon.

Algues bio : bien les valoriser en magasin…

Les algues fraîches sont les ingrédients idéaux à conseiller pour la cuisine pour de multiples raisons. Elles apportent des saveurs iodées, fumées voire sucrées bien particulières, peuvent se consommer crues ou cuites et accompagnent de nombreux mets. Autres atouts non négligeables : leurs apports nutritionnels exceptionnels…

Algues bio : une production exigeante…

La production d’algues marines bio destinée à l’alimentation humaine est autorisée depuis 2010 avec l’entrée en vigueur du règlement bio européen n°710/2009. Jadis non bio, elles sont essentiellement consommées en Asie comme légumes dans l'alimentation quotidienne et dans certaines préparations bretonnes ou irlandaises. Depuis, les algues bio prennent place de plus en plus dans les rayons : fraîches, en paillettes, en marinades, mélangées au sel ou comme additifs, les algues bio ont un avenir très prometteur grâce à leurs nombreux atouts à la fois culinaires, nutritionnels et même environnementaux.

Kale : le super aliment

Le kale est un chou français oublié, remis à la mode par la mouvance Healthy food qui nous vient des États-Unis. Les raisons de ce succès ? Son incroyable teneur en oligoéléments, en vitamines et en antioxydants alliée à sa faible valeur calorique ! Cultivé en France, le kale se trouve désormais de plus en plus facilement. Tour d’horizon sur ce super aliment…

Quid sur le réglementation…

Pour faire suite aux trois articles sur les règles de marquage des fruits et légumes au stade détail, nous reprenons ci-après sous forme de questions réponses, un extrait d’un document publié par le CTIFL sur les règles générales de commercialisation des fruits et légumes. Cet article vous permettra donc de faire un point sur vos connaissances et celles de vos collaborateurs en matière de règlementation… Alors bon test !

Le bio piraté par le conventionnel !

Selon diverses sources, les prix en GMS sont à la baisse pour les marques nationales, (IRI : -2,1 %, Nielsen ScanTrack, à références comparables – 1,8 %). Cela résulte d’une concurrence vive entre distributeurs. Le seul moyen pour les fabricants de sortir de ce schéma suicidaire pour la qualité alimentaire est l’innovation. D’un autre côté dans les magasins bio, comme nous l’avions déjà abordé dans notre parution n°54, la tendance des prix est à la hausse. Elle résulte principalement des hausses des matières premières qui sont bien souvent, paradoxalement, la conséquence des fameuses innovations des entreprises du conventionnel.