75 % des Français veulent identifier les probiotiques sur les compléments alimentaires

Partagez cet article

75 % des Français souhaiteraient que le terme « Probiotique » puisse figurer sur les emballages des compléments alimentaires qui en contiennent. C’est ce qu’il ressort d’une enquête consommateurs réalisée par Harris Interactive pour le Synadiet, le syndicat national des compléments alimentaires, sur le rapport des consommateurs français au mot « probiotique ». Le Synadiet enjoint les autorités sanitaires françaises à autoriser ce terme actuellement interdit.

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, les probiotiques sont « des micro-organismes vivants, qui lorsqu’ils sont ingérés en quantité suffisante, exercent des effets positifs sur la santé ». « Alors que ce constat aurait dû conduire les autorités à favoriser la consommation de probiotiques, il s’est produit l’inverse. Se fondant sur cette définition, les autorités françaises et européennes ont décidé d’interdire aux entreprises le droit d’utiliser le mot « probiotique » estimant qu’il s’agit d’une allégation de santé non-autorisée », souligne le Synadiet*, dans un communiqué.

Résultat ? Aucun complément alimentaire français contenant des probiotiques ne peut actuellement l’indiquer sur son emballage ou dans la communication qui l’entoure. Une situation qui « pénalise durement les consommateurs français qui se retrouvent ainsi privés d’information dans leur recherche de solutions-santé, à l’heure où les probiotiques font justement l’objet d’un nombre croissant de publications scientifiques », poursuit le Synadiet. Et de rappeler que depuis quelques mois ou années, de nombreux pays européens comme l’Espagne, les Pays-Bas, le Danemark ou encore l’Italie autorisent la mention du terme « Probiotiques » sur les étiquetages dans un souci de clarté vis-à-vis du consommateur.

À lire aussi 👉 Marché des compléments alimentaires en magasin bio : +4 % en 2020

Le syndicat national des compléments alimentaires enjoint donc les autorités françaises à « modifier leur position doctrinale actuelle afin de répondre à la fois aux demandes que les consommateurs français ont exprimé et de permettre également aux industriels de lutter à armes égales sur le marché avec leurs concurrents européens ».

40 % des Français consomment des probiotiques

Pour appuyer son propos, le syndicat publie les résultats de l’étude1 Harris Interactive réalisée pour le Synadiet. On y apprend que 40 % des Français consomment des probiotiques. Des probiotiques « largement recommandés par les professionnels de santé », note le syndicat qui déplore que « cet intérêt pour cette catégorie d’ingrédients est cependant freiné par une méconnaissance et un manque d’informations sur les produits », rappelant qu’à « la lecture des emballages où apparaissent uniquement le nom des souches de probiotiques utilisées, 50 % des Français ne comprend pas l’utilité du produit et moins de 30 % comprend que le produit contient des probiotiques ».
Afin de pallier ce manque d’informations et dans un souci de transparence, ¾ des Français souhaitent que la mention « probiotique » figure sur l’étiquetage des compléments alimentaires en contenant révèle cette étude.
Synadiet réaffirme donc la nécessité d’autoriser le terme « Probiotique » sur les emballages des compléments alimentaires dans l’intérêt des consommateurs, qui sont actuellement perdus par des emballages aux noms obscures et peu évocateurs.

* Synadiet, le syndicat national des compléments alimentaires, a été créé en 1950. Il rassemble plus de 260 adhérents sur toute la chaîne de valeur des compléments alimentaires (fabricants, façonniers, fournisseurs d’ingrédients, distributeurs, laboratoires d’analyse, consultants).

1 Etude Harris Interactive pour Synadiet, réalisée en février 2021 sur 1084 Français de 18 ans et plus représentatifs de la population française. Retrouvez l’étude en détail en cliquant sur ce lien -> harris_interactive_rapport_probiotiques-_synadiet_2021

Partagez cet article