NUMERO : N°105-janvier-février 2023

BIOFUTURE : aider les gens à changer le monde sans changer leurs habitudes

« Je suis passionné d’alimentation depuis toujours, c’est transgénérationnel » Sébastien Loctin

Acteur engagé au coeur d’un marché alimentaire bio complexe, Sébastien Loctin, fondateur de Biofuture et de la marque Quintesens, aux produits multi-récompensés, nous livre sa vision d’une alimentation plus saine et responsable.

La marmite alimentaire, je suis tombé dedans quand j’étais petit

Notre producteur de piments bio cultivés en Provence

Mes grands-parents étaient paysans, sauf un, chef pâtissier, puis traiteur. J’ai toujours eu ce lien à la terre et à la cuisine. Pour moi l’alimentation, c’est la convivialité, le plaisir, la santé. J’ai donc naturellement démarré ma carrière dans l’agro-industrie, chez Lesieur, guidé, comme beaucoup de jeunes de 24 ans sortis d’école de commerce, par le prestige de la marque, la sécurité financière, le confort d’un grand groupe. Après 10 ans, j’ai pris la direction commerciale et marketing de la division bouchage du groupe Cointreau-Remy-Martin puis du groupe Advens. Bien installé dans ma carrière, je refusais de voir à quel point notre modèle avait dérivé. L’arrivée de mes enfants m’a reconnecté à mon histoire et poussé à m’interroger sincèrement sur ce qu’était devenue notre alimentation. J’appliquais chez moi les enseignements de mes aïeux : une cuisine brute, bio et locale. Mais chaque matin j’enfilais un costume et je partais défendre un autre modèle, chimique, opaque, délétère. Quel que soit le confort, avec le temps, on finit par souffrir de se mentir à soi même. En 2009, j’ai tout plaqué pour monter Biofuture. J’ai travaillé un an sur un projet d’Éco-huilerie bio en Ardèche, pour au final réaliser que la production ce n’était pas mon truc.

 

Jeune papa, j’étais régulièrement confronté aux questions de mes amis qui s’inquiétaient de me voir mettre de l’huile dans la purée de mes enfants. En pensant bien faire, ils faisaient de mauvais choix pour leur santé, celle de leurs enfants. Ainsi est née Biofuture, de cette envie d’imaginer des produits qui permettent aux gens de bien se nourrir sans se poser de questions. J’ai décidé de m’attaquer aux produits quotidiens, ceux de nos placards dont un produit que nous avons tous dans la cuisine, l’huile. Produit essentiel mais victime de nombreuses idées reçues : fait grossir, mauvais pour la santé, seule l’huile d’olive est bonne, etc. J’ai abordé ce marché en m’intéressant aux besoins nutritionnels spécifiques des consommateurs. Avec l’aide de l’Institut des Corps Gras et de Nutritionnistes, j’ai créé la toute première huile pour les bébés ; puis des mélanges d’huiles bio pour tous les âges de la vie. Personnalisées pour simplifier la vie des gens et leur assurer des apports nutritionnels optimaux pour leur santé.

Quatre années de traversée du désert 

Fin 2011, nos huiles santé sont sur le point d’être lancées quand notre certificateur Bio nous informe finalement ne plus pouvoir certifier nos produits, car un de nos ingrédients clés (huile de poisson sélectionnée pour ses bienfaits pour le cerveau) était issu de la pêche sauvage, donc non certifiable. Perdre notre certification la veille du salon Natexpo a été une catastrophe. L’opportunisme économique aurait voulu que nous supprimions cette huile de poisson de nos formules mais nous avons fait le choix de la conserver car elle était essentielle pour la santé de nos consommateurs. Nous nous sommes battus pour obtenir une dérogation auprès du ministère de l’agriculture et de la pêche. Après 18 mois d’efforts, nous l’avons obtenue et sommes revenus plus déterminés que jamais à Natexpo 2013. Ces premières années ont été difficiles et nous avons frôlé le dépôt de bilan. C’était le prix à payer pour ne plus se mentir et privilégier sans compromis la qualité avant l’argent.

Une exigence récompensée

Nos sauces Ketchup et Barbecue obtiennent la meilleure note de 60 millions de consommateur avec 16,5.

Une logique « de placard »… implacable 

Après 2 années de tournées en magasins et de pédagogie auprès des clients, nos huiles santé ont trouvé leur place en magasins bio, soutenues par les professionnels de santé. Poursuivant notre ambition nous nous sommes intéressés au marché des vinaigrettes avec comme promesse, du goût, zéro additif et des bienfaits nutritionnels optimisés ! Les acheteurs pensaient que ça ne marcherait jamais, persuadés que les gens préféraient les faire eux-mêmes. De notre coté nous étions convaincus que l’offre n’était pas à la hauteur. Nos clients nous ont suivi et en quelques mois, nos vinaigrettes ultra saines et gourmandes ont « cartonné ». Confiant sur notre savoir-faire, nous nous sommes alors attaqué aux pires produits : les “junk sauces” – ketchup, barbecue, burger, mayonnaise – adorées des enfants mais ultra sucrées, pleines d’additifs, aux origines opaques. Nous avons totalement réinventé ces sauces, en retirant tous les additifs et en remplaçant le sucre par des légumes bio naturellement sucrés et cultivés en France. Ce fut le 1er ketchup « Clean Label », origine France garantie. Ont suivi la mayonnaise et les sauces burger et barbecue selon les mêmes critères. A ce jour, nous proposons une gamme d’une quinzaine de produits (huiles, sauces, vinaigrettes…) qui sont distribués dans environ 2500 magasins Bio en France, ainsi qu’en e-commerce.

La meilleure version du bon, du champs à l’assiette

N’étant pas un industriel, j’ai de suite fait le choix de la sous-traitance : pas d’outil de production à amortir, pas de compromis sur la qualité. Nous travaillons avec les meilleurs artisans selon les produits à développer, des entreprises familiales françaises (Delouis, Le Coq Noir, Biopress…) capables de s’adapter à nos exigences parmi les plus élevées du marché. Nos produits sont tous imaginés par des experts (chefs, nutritionnistes…) sur la base d’un cahier des charges strict autour de 4 critères :
1) Santé : nous proposons les meilleurs produits de leur catégorie ; des ingrédients bio et bruts, des apports nutritionnels optimisés, des teneurs très faibles en sel ou en sucre, aucun additif. 
2) Local : nos produits sont 170 % français minimum : 100 % fabriqués en France avec en moyenne 70 % d’ingrédients cultivés en France par des paysans engagés en bio.
3) Goût : des recettes originales, élaborées par des chefs, aux saveurs brutes et authentiques, sans le moindre artifice. 
4) Biodiversité : en choisissant une agriculture biologique Française, nous contribuons à préserver les ressources de notre planète tout en soutenant nos filières agricoles. 

D’incroyables sauces à venir pour étoffer la gamme 

Début 2023 nous réinventons les sauces pimentées avec trois sauces réalisées à base de piments cultivés en Provence, en agriculture biologique. Ces piments frais sont lacto-fermentés à Marseille puis associés à des ingrédients bruts savoureux pour sublimer tous vos plats. Trois recettes réalisées par un chef : un « tabasco bio français » à base de piment sucette rouge, vinaigre de cidre et sel de Guérande, et deux recettes plus élaborées, une à base de piment jaune, ail, curcuma, gingembre et citron, et une plus fraiche à base de piment vert, pomme granny, menthe fraîche, concombre, citron… parfait pour accompagner taboulés, crudités ou même cocktails. Ces sauces contribuent au soutien de la filière du piment de Provence. En 40 ans, la France a perdu 1 million de paysans et une partie de sa biodiversité. Avec ces sauces composées à plus de 95 % d’ingrédients cultivés en France, nous mettons à l’honneur le savoir-faire de nos paysans.

Notre alimentation est devenue LE problème, demain elle doit être LA solution  

Manger c’est voter. 3 fois par jour nous décidons du monde dans lequel nous voulons vivre. 2023 sera une année particulière marquée par une inflation record qui va contracter les achats de produits bio. C’est la conséquence de 40 ans de dérives alimentaires dont nous payons collectivement le prix fort aujourd’hui. À travers Quintesens, nous continuerons à faire notre part et à proposer aux consommateurs davantage de produits pour les aider à changer le monde sans changer leurs habitudes. Je poursuivrais également mon combat pour la transparence à travers le collectif En Vérité que j’ai lancé en janvier 2022. Un collectif de marques qui milite pour davantage de transparence pour permettre aux Français d’acheter en connaissance de cause. Car nul doute que si les Français savaient, ils feraient des choix alimentaires encore plus vertueux pour tous.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here