NUMERO : mai-juin 2013 – BL 46

L’abeille : un insecte indispensable pour la vie… mais en danger !

 

 

L’abeille en chiffres et en détail

● l’abeille possède des sens extrêmement développés, comme les animaux toucher, l’odorat, le goût, la vision et l’ouïe.

● 1 000 espèces d’abeilles vivent en France, mais il n’y a qu’une seule espèce d’abeille domestique.

● les abeilles contribuent à la pollinisation d’environ 80 % des espèces de eurs.

● la valeur de l’activité pollinisatrice des insectes, essentiellement des abeilles, pour les principales cultures qui nourrissent la population humaine a été établi en 2007 à 153 milliards d’euros, soient 9,5 % de la valeur de la production agricole mondiale pour ces cultures.

● une colonie, c’est 10 000 à 80 000 abeilles selon la saison.

● l’abeille vit en moyenne 20 à 35 jours, l’abeille d’hiver jusqu’à 170 jours et plus.

● une reine pond jusqu’à 2 000 oeufs par jour, soit 130 000 par an et environ 500 000 tout au long de sa courte vie.

● le rayon d’action d’une abeille est d’environ 4 à 5 km autour de la ruche.

● une abeille bat 720 000 fois des ailes en une heure et parcourt environ 30 kilomètres.

● une abeille visite prioritairement une seule espèce végétale lors d’un voyage.

● une abeille transporte environ 500 000 grains de pollens sur une seule de ses pattes postérieures.

● une abeille pèse à vide 80 à 100 mg. Sa charge maximum est de 70 mg.

● une butineuse récolte 40 mg de nectar, ce qui donnera 10 mg de miel et 20 mg de pollen.

● en une journée, une colonie de 40 000 abeilles, qui comportent 30 000 butineuses, visite 21 millions de eurs, soit 700 eurs par abeille. Soit pour 20 000 butineuses d’une ruche : 14 millions de eurs visitées quotidiennement.

● une ruche produit entre 20 à 80 Kg de miel, selon le type de ruche, des conditions climatiques et de l’environnement oral.

● le nombre de voyages nécessaires pour obtenir 10 kg de miel est de 800 000 à 4 millions.

● Essaimage : 2 à 3 minutes susent à 10 000 abeilles pour quitter la ruche.

● pour fabriquer 1 kg de cire, les abeilles consomment 10 kg de miel et 1 kg de pollen.

● il faut 66 000 heures de travail pour fabriquer 80 000 cellules avec 991 000 écailles de cire. (Sources : INRA et UNAF)

L’abeille victime des pesticides

L’abeille a un rôle essentiel pour la diversité de notre biodiversité. Depuis plus de 80 millions d’années, les abeilles oeuvrent, en butinant de eurs en eurs, à la sauvegarde de notre biodiversité au travers de son rôle de pollinisateur hors pair. La reproduction de milliers d’espèces végétales de notre planète (plus de 200 000 espèces) dépend essentiellement du butinage des abeilles domestiques et des pollinisateurs sauvages. Les abeilles contribuent à la reproduction de plus de 80 % des espèces de plantes à eurs, elles contribuent tant au maintient de nos écosystèmes naturels qu’au développement de notre agriculture. Malheureusement, en France, en Europe, aux Etats-Unis et sur tous les continents, des colonies d’abeilles meurent par milliers. Depuis plus de 10 ans le constat est sans équivoque : l’abeille disparaît de nos campagnes.

L’utilisation de manière prépondérante de pesticides puissants (neurotoxiques systémiques), le développement de la monoculture, la disparition des haies et des prairies fleuries, la précocité des fauches, l’urbanisation grandissante, les écosystèmes non respectés, l’assèchement des zones humides… appauvrissent et détériorent les ressources en nectars et pollens nécessaires au développement de l’abeille et sont donc les causes majeures de ces mortalités.

Une évolution qui se mesure facilement pour l’abeille domestique avec plus de 1 000 apiculteurs qui cessent leur activité chaque année. Il y a fort à parier que l’abeille sauvage, souvent solitaire et donc plus vulnérable soit encore plus menacée.

En moins de 50 ans la qualité et la quantité des pollens se sont considérablement amenuisés puisqu’on estime que 2/3 des pollens, abondants il y a à peine 50 ans, ont aujourd’hui disparus.

 

L’UNAF : un combat de tous les jours

Créée en 1946, l’UNAF regroupe plus d’une centaine de syndicats départementaux et régionaux rassemblant plus de 22 000 apiculteurs, soit quelques 500 000 ruches. L’UNAF est un syndicat engagé pour la défense et la sauvegarde des abeilles notamment dans la lutte contre l’utilisation de produits phytosanitaires nocifs pour elles. Par exemple, depuis 2005, l’UNAF a obtenu le retrait des pesticides GAUCHO en enrobage de semences sur tournesol et maïs, produit par Bayer et du pesticide REGENT en enrobage pour tout usage, produit par BASF Agro. Elle lance la même année le programme national « Abeille, sentinelle de l’environnement ®». L’UNAF a gagné plusieurs recours, le dernier en 2012, en Conseil d’Etat contre l’autorisation de mise sur le marché du pesticide neurotoxique CRUISER® du Laboratoire Syngenta, et poursuit son combat juridique pour le retrait dénitif de ce pesticide hautement toxique pour les abeilles.

Pour plus d’informations : www.unaf-apiculture.info et www.abeillesentinelle.net