NUMERO : Novembre-Decembre 2014

La peau masculine, ses problèmes et ses besoins

Pas d’égalité homme-femme pour la peau !

C’est un lieu commun : la peau masculine est loin de ressembler à celle des femmes. Et elle s’en différencie sur de nombreux points, même si certaines différences s’amenuisent avec l’âge. La peau des hommes est tout d’abord plus grasse, avec – en raison de glandes sébacées plus nombreuses, plus grandes et également plus actives que chez la femme – une production de sébum plus importante (influence hormonale), avec bien sûr dès lors une acné plus fréquente. La peau mixte est aussi plus fréquente chez les hommes.

La peau masculine est également plus épaisse : pas de chiffre précis comme l’avancent parfois certains, mais la fourchette se situe entre 15 et 25 % d’épaisseur en plus par rapport à une peau féminine. Cette peau masculine contient plus de collagène et son tissu graisseux sous-cutané est plus fin. Elle est ainsi aussi plus résistante et plus ferme, notamment face à l’apparition des rides et autres lignes du visage. Le vieillissement cutané est alors moins rapide (également en raison du fait que la peau est moins sèche).

Mais lorsque les rides apparaissent, le phénomène est moins progressif que chez la femme, plus brutal, et les rides en général plus marquées. Un vieillissement aggravé par le rasage quotidien, un souci de protection contre le soleil moindre, une consommation de tabac et d’alcool plus grande que chez les femmes… Des usages et des comportements qui font que la peau des hommes est aussi plus facilement irritée chez beaucoup d’individus.

La peau masculine est enfin plus vascularisée, donnant une tendance accrue aux rougeurs, le vieillissement rendant les vaisseaux particulièrement apparents. À noter également une sécrétion sudorale plus importante chez les hommes, et un pH cutané moins élevé : la peau est plus acide.

Le problème spécifique du rasage

résistante, la peau du visage est chez les hommes agressée quotidiennement par le rasage, qui la fragilise et la sensibilise, en éliminant en particulier les cellules superficielles de l’épiderme. La barrière cutanée est abîmée par le rasoir et des produits de soin pas toujours adaptés.

Résultats : dessèchement, déshydratation, rougeurs et irritations, d’ailleurs favorisées par la testostérone. Sans parler des coupures et égratignures, augmentant le risque d’infections bactériennes, ce qui s’ajoute aux problèmes spécifiques de la peau en général plus grasse. On assiste ainsi souvent à l’apparition d’une folliculite, c’est-à-dire une inflammation (présence de boutons rouges) du follicule pilosébacé, cette petite cavité dans laquelle le poil prend sa naissance et où se trouvent également les glandes sébacées. Cette inflammation est fréquemment due à un staphylocoque, et peut provoquer l’apparition de croûtes suintantes.

Mais le follicule peut être aussi simplement enflammé par l’irritation du rasoir (le fameux « feu du rasoir », alias pseudofolliculite), avec des poils incarnés pouvant aussi s’infecter. Ces inflammations peuvent être aggravées par l’utilisation d’après-rasages alcoolisés. follicule pilosébacé peut également donner naissance à de l’acné, à partir de la puberté, quand le canal du poil se retrouve obstrué par du sébum et des cellules mortes, entraînant une inflammation voire une infection par les bactéries (Propionibacterium acnes dans ce cas).

On observe ainsi des comédons, des points noirs, voire des papules ou des pustules dans les cas les plus graves.

 

 

Des habitudes minimales à prendre.

Parce que le rasage est donc le premier facteur d’agression de la peau masculine, le minimum consiste ainsi à bien le préparer et à bien l’accompagner, notamment en permettant à la peau de renforcer voire de reconstituer sa barrière protectrice.

Un premier conseil est de ne pas se raser au saut du lit : il faut laisser le temps aux poils de bien se repositionner dans leur follicule, entre autres en cas de rasage électrique. Pour le rasage avec une lame, si certains « mâles » disent que le rasage à sec (avec la lame directement sur la peau !) leur convient, il faut bien sûr d’abord humecter le visage, avant d’employer un produit pour faciliter le glissage des lames et assouplir le poil, pour le rendre plus facile à couper : un poil sec a autant de résistance qu’un fil de cuivre de même diamètre ! Ensuite, mousse, gel ou crème à raser, tout cela est certes une question de préférence, mais on notera qu’en cas de peau sensible, il faut déjà, bien évidemment, éviter les produits de rasage parfumés.

Une mousse en bombe (ou un gel que l’on doit faire mousser !) contiendra quant à elle par définition des tensio-actifs qui fragiliseront le manteau hydrolipidique au niveau de la zone rasée.

Certes, mousse ou gel peuvent contenir des actifs apaisants et/ou hydratants, mais il est quelque part paradoxal de voir ces produits hydrater la peau, alors qu’ils ont eux-mêmes participé à l’assécher…

Un grand nombre de marques bio proposent par contre des crèmes à raser, qui ne sont pas destinées à mousser : il suffit de les répartir sur la peau humectée pour voir le rasoir glisser en douceur, sur une peau parfaitement hydratée par la texture crème.

La peau est généralement bien plus douce qu’avec une mousse, sans aucune sensation d’irritation, au point de n’avoir quasiment pas besoin d’après-rasage pour apaiser ! Conseil : avec une peau sensible, ne pas se raser une fois par semaine peut permettre à la peau de se « reposer » de temps à autre.

Parce que la peau masculine a cependant, comme évoqué plus haut, tendance à vieillir un jour très brutalement, le moment après l’occasion de bien la nourrir, de façon préventive, tout en apaisant, si vraiment nécessaire, le « feu du rasoir ». On évitera donc les après-rasages fortement alcoolisés, pour privilégier les fluides et autres baumes légers, souvent « deux en un », avec une fonction hydratante et anti-âge en plus de l’apaisement. Dans ce cas, on ne se limitera d’ailleurs pas à appliquer le produit sur la zone rasée, mais on l’étalera sur tout le visage. Une façon de s’habituer à mettre un produit de soin sur le visage, geste auquel on prendra vraisemblablement rapidement goût. Outre une action anti-âge, l’après-rasage peut être en effet calmant sur une peau très sensible, astringent sur une peau grasse ou mixte à pores dilatés, etc. Et une fois que Monsieur aura vu l’effet bénéfique sur l’ensemble de son visage, il aura probablement envie d’intensifier les soins, pour plus de résultats encore.

Soins au masculin : des attentes précises

Mais même pour les hommes qui ont découvert le plaisir de prendre soin de leur visage, il est hors de question que les gestes deviennent par trop féminins. De plus, en général, les hommes veulent du pratique et du rapide. Côté présentation et fonctionnalité, ils préfèreront ainsi les tubes ou les flacons-pompes plutôt que les pots, ainsi que les produits multi-fonctions : après-rasage + soin pour le visage, soin visage + contour des yeux, savon liquide + gel rasage ou shampooing + gel-douche pour le corps…

La peau plus grasse des hommes, avec une tendance plus importante à la sudation, leur fait aussi préférer les textures fraîches et légères, non grasses, à l’instar de toute peau mixte ou grasse. Il reste néanmoins très important de bien anticiper le vieillissement cutané qui apparaîtra certes plus tard, mais de façon plus intense comme dit plus haut. Donc même avec des textures légères (évidentes si la peau est déjà grasse, sinon elle deviendra encore plus brillante), il est essentiel de bien hydrater au quotidien la peau et de lui apporter des actifs anti-âge. Le contour des yeux n’est pas à oublier, et les hommes seront assez réceptifs à des produits présentés comme étant « anti-fatigue », parfaitement compatibles avec l’image qu’ils se font de leur masculinité.

Pour les peaux vraiment grasses, aux pores dilatés et avec tendance aux impuretés, on ne pourra pas éviter les sérums (voire masques) astringents ni les produits purifiants et antibactériens, en masques aussi éventuellement. En raison du risque particulièrement élevé d’acné, il ne faut pas hésiter non plus à suggérer de faire un gommage hebdomadaire, par exemple avec un produit contenant de l’acide salicylique, qui permettra de dissoudre les cellules mortes obstruant les pores, sans oublier son action antibactérienne.

Le geste du gommage, qui peut être très rapide, suivi d’un rinçage, ne sera pas considéré comme trop féminin, n’étant pas très différent de l’application d’un après-rasage ou d’un fluide visage. Sachant bien sûr qu’il faut éviter tout gommage lorsque des boutons infectés sont présents : on risquerait de propager encore plus les germes !

Leur apprendre à prendre soin de leur peau

S’il est facile de faire profiter un homme des gestes courants du rasage pour en faire un moment de soin, notamment au travers de produits 2 en 1, et également relativement facile de lui faire « soigner » une peau à problèmes, geste presque « médical », ou de lui faire « défatiguer » les yeux, comme il mettrait un baume sur des muscles fatigués de tennis, même si on a trouvé des soins multi-fonctions et à la texture adaptée à la peau masculine plus grasse et plus épaisse, le faire passer à un véritable « cocooning » de sa peau est difficile. Un des moyens d’y arriver est déjà de lui faire abandonner les produits inadaptés qu’il utilise peut-être, à commencer par un produit de rasage ou d’après-rasage agressif, irritant ou au mieux « neutre », c’est-à-dire sans bénéfice particulier visible.

Certains spécialistes estiment que plus de 2/3 des hommes utilisent effectivement des produits inadaptés à leur peau !Découvrir que leur peau peut être plus « confortable » avec des produits adaptés sera déjà ainsi une première étape positive.

On peut aussi leur faire découvrir la qualité des cosmétiques (naturels bien sûr !) par des produits qui ne vexeront pas non plus leur virilité, comme une crème solaire hydratante et/ou anti-âge à la plage ou au ski, un déodorant efficace, au parfum masculin, à lui offrir pour aller faire son jogging ou son tennis, etc. Son regard sur la marque et/ou la gamme utilisée changera probablement et il sera plus réceptif à des conseils de soins plus globaux, dans une logique plus large d’entretien de la peau et de prévention du vieillissement cutané, avec utilisation non seulement d’une crème protectrice pour le jour, mais aussi  crème nourrissante pour la nuit.

Et enfin, le fin du fin, il pourra même passer à un lait (ou à un gel, peau grasse obligeant) nettoyant pour le visage, seul véritable moyen, comme nous le répétons régulièrement dans ces pages, pour nettoyer la peau sans la déséquilibrer, et éviter ainsi rougeurs et autres irritations, auxquelles les hommes ont fréquemment tendance.