Le marché de la cosmétique bio pèse 920 millions d’euros en France

Partagez cet article

Le marché de la cosmétique bio représente 920 millions d’euros en France sur 2020. C’est deux fois plus qu’en 2015. Ce qui, pour certains, semblait être une tendance s’avère finalement être un mode de consommation pérenne et significatif. À l’occasion du cahier spécial Cosmébio, paru dans le dernier numéro de Bio Linéaires, Cosmébio fait le point sur le marché en plein essor des cosmétiques en France. 

Les acheteurs de cosmétiques bio toujours plus nombreux

En 2020, 50 % des Français disent consommer de la cosmétique bio contre 31 % en 2016. Bien que la majorité des consommateurs de
cosmétiques bio soient des femmes, les hommes commencent timidement à rejoindre le mouvement (+ 22 % d’hommes acheteurs de cosmétiques BIO entre 2016 et 2020). Leurs motivations d’achats sont liées aussi bien à la protection de l’environnement qu’à la préservation de leur santé.

Cela est d’autant plus vrai que le contexte anxiogène a poussé de nombreux non-consommateurs à revoir leurs modes de consommation afin notamment de se rassurer sur l’absence d’ingrédients controversés dans leurs cosmétiques.
Cette volonté de passer à une cosmétique plus sûre a entraîné un intérêt croissant pour les labels ou encore la certification. Il ressort que 79 % des consommateurs affirment que le label Cosmébio est le label de référence. Celui-ci représente la qualité, la confiance et le sérieux, et rassure le consommateur dans sa décision d’achat.

À lire aussi -> Les lauréats des Trophées Cosmébio 2020 dévoilés

L’exemple concret des adhérents du label Cosmébio

Evidemment, les marques engagées pour une cosmétique plus sûre ne sont pas passées à côté du besoin d’être rassuré du consommateur.
Ainsi, le label Cosmébio compte toujours plus de membres et ce sont aujourd’hui 500 adhérents soit un total de 670 marques qui œuvrent pour une cosmétique certifiée et respectueuse de l’environnement et de la santé du consommateur. Et les perspectives sont bonnes car 26 % des consommateurs souhaitent consommer davantage de cosmétiques bio à l’avenir.

Qu’en est-il des non-acheteurs de cosmétiques bio ?

1 Français sur 2 ne consomme pas encore de cosmétiques bio. Cette catégorie de non-acheteur est composée majoritairement d’hommes
qui, même s’ils ne consomment pas encore, ne sont pas réticents à le faire dans l’avenir. Le prix, l’accessibilité et les promotions sur le lieu
vente apparaissent comme les éléments clés qui pourraient faire basculer ces non-consommateurs vers les cosmétiques bio Même si l’on sait d’ailleurs que 37 % des acheteurs ont acheté leurs premiers cosmétiques bio en GMS*. L’apparition d’une nouvelle offre en dehors de la distribution spécialisée bio doit être vue comme une opportunité pour conquérir de nouveaux acheteurs. On peut facilement imaginer qu’à l’avenir les non convertis pourront, via cette nouvelle accessibilité, devenir les consommateurs de cosmétiques bio de demain !

* Étude Senseva / Cosmébio 2020.

Extrait du cahier spécial Cosmébio paru dans le dernier numéro de Bio Linéaires (BL N°97 septembre / Octobre 2021), disponible à l’achat au numéro en version numérique.

Partagez cet article