Les vrais chiffres des résidus de pesticides dans les aliments non bio

Comme le révèle Générations Futures, les données sur les résidus de pesticides contenus dans les fruits, légumes et céréales mélangeaient auparavant des échantillons bio et non-bio, donnant une version tronquée des résultats. Les données de la DGCCRF qui présente désormais les résultats concernant les seuls produits du conventionnel permettent d’établir que pour 2020, le pourcentage global d’échantillons d’aliments d’origine végétale non-bio contenant au moins un résidu de pesticide détecté est de 63,1 %.

63,1 % des fruits, légumes et céréales non bio contiennent des résidus de pesticides

“Pour les aliments d’origine végétale, en mélangeant produits Bio et non Bio, la DGCCRF arrive au pourcentage global d’échantillons contenant au moins un résidu de pesticide quantifié, c’est-à-dire supérieur à la Limite de Quantification (LQ), de 45,9 %. C’est sur ce chiffre de 45,9 % que l’Etat aurait communiqué ordinairement auparavant. On pensait alors (à tort) que cela concernait les productions de l’agriculture non bio seules”, rappelle Générations Futures.

Alors que désormais la DGCCRF présente les données des échantillons non-bio, qu’en est-il ?

Pour 2020, le pourcentage global d’échantillons d’aliments d’origine végétale non-bio contenant au moins un résidu de pesticide quantifié (>LQ) monte à 54,5 % ; le pourcentage d’échantillons non-bio contenant au moins un résidu de pesticides détecté (supérieur à la Limite de Détection) est de 63,1 %.

À lire aussi -> 92 % des cerises contaminées par les pesticides

“Pour les échantillons non bio 2020, le pourcentage réel d’échantillons contenant au moins un résidu de pesticide est 37 % plus élevé que celui qui aurait été présenté auparavant [qui mélangeait échantillons bio et non-bio]”, souligne Générations Futures. L’association, qui dénonce une méthode qui autrefois “sous-estimait grandement le pourcentage réel d’aliments non bio contenant des résidus de pesticides”, effectue plusieurs demandes :

  • Une amélioration souhaitable de la part de la DGCCRF serait d’étendre ce type de présentation détaillée des chiffres également par type de denrées (fruits, légumes, céréales) ou même si possible par denrée (cerises, fraises, épinards….) ;
  • Il faut mettre à l’œuvre en urgence un plan d’urgence de réduction de l’usage des pesticides ;
  • De même au niveau européen, la remise en cause par la France des objectifs de réduction de l’usage des pesticides de la Stratégie “De la ferme à la fourchette” de la commission européenne est dangereuse et nous demandons que cette position soit totalement reconsidérée ;
  • Enfin nous n’avons pas trouvé trace de communication grand public sur les données sur les résidus de pesticides dans les aliments végétaux de la DGCCRF relatives aux prélèvements réalisés en 2018, 2019 et 2020 ! Nous demandons qu’une publication transparente et complète de ces chiffres soit réalisée chaque année !

“La réalité aujourd’hui dévoilée par Générations Futures, permise par la plus grande transparence de la DGCCRF, montre qu’en 2020 près des 2/3 des fruits, légumes et céréales ‘conventionnels’ contiennent des résidus de pesticides….et pas ‘seulement’ un peu moins de la moitié comme on le pensait auparavant”, déclare François Veillerette, porte-parole de Générations Futures. “Cette réalité de l’ampleur de la fréquence des résidus de pesticides dans les aliments végétaux, jusqu’alors sous estimée, commande qu’un plan d’urgence de réduction de l’usage des pesticides soit enfin mis en œuvre de manière efficace dans notre pays et en Europe ainsi qu’un soutien accru à l’Agriculture Biologique”, conclut-il.

Source : Résidus de pesticides dans les denrées d’origine végétale, Bilan de TN, DGCCRF, 11/02/22.

RAPPORT DE GÉNÉRATIONS FUTURES – LE VRAI CHIFFRE DES RÉSIDUS DE PESTICIDES DANS LES DENRÉES VÉGÉTALES NON BIO 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here