“Notre projet était de créer un lieu de vie autour du zéro déchet” (interview magasin P’tits Poids Carottes)

Le magasin P’tits poids carottes livre aussi à vélo les clients qui le souhaitent.

Fruits, légumes et produits laitiers locaux, produits exotiques en provenance d’un grossiste bio, emballages consignés ou récupérés, café-cantine, atelier DIY et zéro déchet, point Mondial Relay, vente de la presse quotidienne locale… Situé dans un quartier périphérique d’Angers, P’tits poids carottes se veut bien plus qu’une épicerie alternative de proximité (EAP*). Pierre Legeay, co-fondateur, nous présente ce concept de lieu de vie et nous explique la clé de son succès.

2 000 références, dont plus de 90 % en bio

Bio Linéaires : Qu’est-ce qui vous a amené à créer votre structure ?
Pierre Legeay : P’tits poids carottes a été co-fondé par ma compagne Adelaïde et moi-même ; on a ouvert en décembre 2020. Nous avons d’abord monté un projet associatif nommé « point local », expliquant comment consommer local, bio et zéro déchet partout en France. Angevins d’origine, nous vivons dans le quartier où notre magasin est situé. Notre projet était de créer un lieu de vie autour du zéro déchet et si nous voulions travailler ensemble, il nous fallait un moteur économique, d’où l’idée d’une épicerie dans notre quartier, où l’offre n’existait pas.

Atelier formation dans le lieu de vie du magasin P’tits poids carottes à Angers.

BL : Parlez-nous de la globalité de votre offre ?
P.L. : Nous ne sommes pas qu’une épicerie vrac : la boutique fait une centaine de mètres carrés, 50 m2 pour l’épicerie avec près de
2 000 références, dont plus de 90 % en bio. Le reste est occupé par un café-cantine où les gens peuvent venir consommer toute la
journée. Nous y proposons en restauration des plats de traiteur ou des bocaux sous vide d’un autre partenaire. Aussi des boissons avec ou sans alcool, des ateliers, des animations faites par nous ou par des tiers pour faire vivre le lieu et croiser les réseaux.

Nous avons choisi d’être un point Mondial Relay pour attirer une nouvelle clientèle. Nous avons entre 50 et 100 personnes / jour qui passent à la boutique pour un colis, dont 10 à 20 % achètent de suite un produit à l’épicerie. La moitié visite la boutique, voit les prix et revient plus tard, nous disant que sans Mondial Relay ils n’auraient jamais poussé la porte du magasin !

BL : Quelle était votre motivation profonde ?
P.L. : Nous-mêmes sommes consommateurs de vrac depuis des années et adeptes du zéro déchet ; mais la motivation première était de créer un lieu de vie. Le café-cantine permet aux gens du quartier de se poser, de croiser des connaissances, de discuter et aussi de faire leurs courses à l’épicerie ! Notre profil de clientèle est large, nous avons des actifs, des étudiants, des familles, des personnes âgées…

Propos recueillis par Christophe Beaubaton

*Retrouvez l’intégralité de l’interview de Pierre Legeay du magasin P’tits poids carottes à Angers dans le Cahier Vrac et EAP de Bio Linéaires N°103, disponible à la vente au numéro.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here