NUMERO : N°81 – Janvier/ Février 2019

BIO-LIFE LABORATORY : des compléments bio, holistiques et éco-responsables

Installé dans la province de Namur en Belgique, le Laboratoire Bio-Life tire son inspiration de la nature depuis près de 40 ans.
En 1992, 10 ans avant la directive européenne réglementant les compléments alimentaires, la Belgique bénéficiait déjà d’un Arrêté royal sur les compléments à base de nutriments du type vitamines et minéraux. Depuis de très longues années en effet, ce secteur était très dynamique dans le pays, en raison de nombreux distributeurs et de quelques rares fabricants pionniers. Parmi ces derniers, le Laboratoire Bio-Life, avec d’emblée un niveau d’exigence des plus élevé.

Un engagement familial

L’histoire du laboratoire Bio-Life a débuté il y a près de 40 ans, fruit de la rencontre de deux personnes. D’un côté, Sandra Lennertz, végétarienne, écologiste, consommatrice bio, qui possédait à Bruxelles un grand magasin bio depuis 1981. De l’autre, Bruno Thysebaert, scientifique de formation, qui avait créé en 1983 un laboratoire fabricant des compléments alimentaires axés sur la phytothérapie bio et biodynamique. Tous deux suivaient à cette époque, de manière séparée, des cours de nutrithérapie et d’aromathérapie.

Bruno Thysebaert, Sandra Lennertz et leur fils Damien.

C’est dans ce cadre professionnel de la bio naissante qu’ils se rencontrèrent, finissant par fonder le Laboratoire Bio-Life en 1991… et par devenir également mari et femme. Aujourd’hui, forte d’une trentaine de collaborateurs, Bio-Life est devenue une entreprise familiale : de fondateurs, Bruno et Sandra en sont devenus les deux co-gérants et leur fils Damien les a rejoints, en charge notamment du commercial. La gamme Be-Life en est le fleuron.

 

« Nous avons été les premiers à proposer des produits de phytothérapie bio en Belgique, et les deuxièmes à avoir la mention Nature & Progrès »

Laboratoire fabricant

Bio-Life s’est lancé d’emblée sur le marché comme laboratoire fabricant, comme Bruno Thysebaert l’explique : « Nous avons fait ce choix car nous voulions maîtriser réellement la fabrication, excluant le recours à des façonniers, ayant vu trop d’approximations voire parfois certaines incompétences, par exemple dans le calcul des dosages. Aujourd’hui, 90 % des produits que nous fabriquons sont des gélules, le reste étant des capsules molles, produites pour nous – technologie particulière obligeant – par un partenaire spécialisé. Et en sus de nos fabrications à notre marque Be-Life, nous proposons aussi dans notre catalogue quelques gammes en distribution. En France, c’est Europ-Labo à La Wantzenau qui distribue nos produits ».

« Si nous privilégions la gélule, c’est qu’elle permet d’éviter des additifs, du type agents d’enrobage ou de compression. Cela permet aussi d’éviter des conditionnements du type blister et donc l’emploi d’aluminium qui est toxique pour l’organisme et qui n’est pas un matériau écologique ».

Depuis l’origine, Bio-Life est laboratoire fabricant.

Damien ajoute : « Être fabricant permet aussi bien sûr de contrôler totalement les approvisionnements et la qualité des matières premières. Par exemple, concernant les plantes, nous poussons très loin la transparence, étant capables de dire le champ précis où les plantes ont été récoltées et même les personnes qui ont fait cette récolte. Sachant que nous avons un relationnel très étroit avec les agriculteurs producteurs, quasi familial. Chacun de nos produits a une ‘‘vie’’, une origine parfaitement tracée ».

Pionnier des compléments bio

Le Laboratoire Bio-Life a été un vrai pionnier dans le domaine de la nutrithérapie et de la phytothérapie bio, souligne Bruno : « Nous avons été les premiers à proposer des produits de phytothérapie bio en Belgique, et les deuxièmes à avoir la mention Nature & Progrès.

Bio-Life a été parmi les premiers à être approuvés par le ministère belge de la Santé puis par l’administration européenne quand les réglementations sur les compléments sont arrivées. Mais nous avons aussi été précurseurs dans d’autres domaines, par exemple avec des formules sans lactose et même sans gluten, ce qui n’intéressait quasiment personne à l’époque. Pour revenir sur l’origine des ingrédients évoquée par Damien, c’est un point essentiel pour arriver à un produit final bien dosé en actifs. Si on ne connaît pas leur historique, il y a un risque sur l’efficacité du produit fini. D’où cette importance des liens tissés avec nos agriculteurs, ce qui nous permet d’arriver à des produits avec des concentrations en général peu comparables avec ce qui se présente souvent sur le marché »

Damien précise : « Nous travaillons surtout avec la notion de ‘‘cru’’. Par exemple, pour nos plantes, un thym de Provence n’a rien à voir avec un thym d’Espagne ni un tilleul de Carpentras à fines bractées avec un tilleul classique. Et pour contrôler les concentrations en actifs de nos produits Be-Life, nous avons fait le choix le plus sûr : plutôt que de faire nous-mêmes les analyses, nous avons décidé de les confier à des laboratoires certifiés hautement spécialisés : l’université d’Anvers pour les vitamines, celle de Liège pour la phytothérapie, un laboratoire italien pour les acides aminés, etc. ».

Chaque matière première est rigoureusement sourcée et tracée.

Transporteurs physiologiques

Outre le fait de proposer une gamme de compléments naturels et si possible bio, Bio-Life se distingue aussi par une approche très poussée des formulations. A ses débuts, le laboratoire a ainsi été également le précurseur des orotates, une forme particulièrement intéressante pour les minéraux qui en améliore grandement l’assimilation, mais qui fut malheureusement interdite plus tard pour les compléments. Bruno Thysebaert s’est néanmoins intéressé aussi à d’autres transporteurs physiologiques, ce qui permet à l’entreprise de proposer aujourd’hui toute une gamme de minéraux associés à de tels transporteurs qui accentuent leur capacité d’assimilation et leur assurent une efficacité supérieure.

A titre d’exemple, on peut citer le Magnesium Quatro Be-Life. La formule de celui-ci contient trois sels de magnésium différents : bisglycinate, glycérophosphate et acétyltaurinate. Chacun de ces sels (d’ailleurs sans effet laxatif) a sa voie de prédilection, avec une résorption sélective par les tissus, pour une action spécifique. Ils sont de plus associés à une forme intéressante de vitamine B6 (pyridoxal-5-phosphate) et présentés dans une gélule acido-résistante garantissant la protection des deux sels les plus
fragiles et de la B6 au niveau de l’estomac.

La réflexion est aussi poussée sur d’autres types de formules, comme l’explique Damien : « Notre Curcuma Magnum 3200 Be-Life démontre lui aussi notre expertise en matière de choix des produits, de concentration et de qualité des process de fabrication, pour une efficacité finale optimale. Son extraction est du type hydro-alcoolique, sans solvant de synthèse ni dispersant. Nous vérifions non seulement la teneur en curcumine mais aussi celle de l’ensemble des curcuminoïdes, et nous l’associons à de la pipérine bio pour augmenter l’action des curcuminoïdes dans l’organisme. Le tout dans une gélule 100 % bio et avec des adjuvants 100 % bio ».

Magnesium Quatro et Curcuma Magnum sont deux produits qui illustrent bien l’innovation et l’engagement qualitatif du Laboratoire Bio-Life.

Holistique et éco-responsable

Ce souci poussé de la qualité et de l’efficacité s’inscrit, chez le Laboratoire Bio-Life, dans une démarche très large, holistique. « Pour nous, explique Sandra Lennertz, approche holistique signifie entre autres la volonté d’apporter aux consommateurs des solutions individualisées, correspondant aux besoins des différents moments de la vie et aux différents besoins de chacun. C’est pour cela que notre gamme va des minéraux aux vitamines en passant par les acides aminés, les probiotiques, la phytothérapie… Ce qui permet notamment de ne pas travailler seulement sur une fonction précise de l’organisme mais également sur l’ensemble du terrain ». Bruno ajoute : « Cette approche holistique fait aussi que s’agissant de nutrition et de métabolisme, nous excluons de nos formules les substances qui ne font justement pas partie du métabolisme normal du corps ».

Les piluliers en carton sont non seulement recyclables mais aussi biodégradables, et seront même bientôt compostables.

Damien précise de son côté un autre aspect de la démarche holistique de l’entreprise : « Pour être vraiment cohérents, l’ensemble du produit fini – c’est-à-dire non seulement son contenu et l’efficacité des formulations, mais aussi le contenant – doit refléter nos valeurs. C’est pour cela que nous renonçons non seulement aux blisters mais aussi aux piluliers en plastique. Les nôtres, également une démarche pionnière, sont depuis les années 1990 en carton biodégradable, avec un bouchon en PEHD recyclable. Et ce n’est qu’une étape : bientôt, nos contenants seront entièrement biodégradables et même compostables ! Et je pourrais aussi vous citer, mais la place manque ici, toutes les autres démarches éco-responsables de l’entreprise, comme celles ayant par exemple permis de réduire de 50 % notre consommation énergétique alors que nous avons triplé la surface de nos locaux ».

Action sur les prescripteurs

Pour faire connaître ses gammes, le Laboratoire Bio-Life se distingue également, comme l’explique aussi Damien : « Outre l’information aux magasins bio, bien sûr, nous agissons également en direction du corps médical et des thérapeutes, ce que peu de marques font. C’est-à-dire que nous sommes présents lors de congrès et salons spécialisés, en gynécologie, cardiologie, pédiatrie, rhumatologie, nutrition, etc. et nous visitons aussi des médecins et thérapeutes ciblés, homéopathes ou nutritionnistes. Il y a une réelle demande chez les médecins allopathes, qui s’intéressent de plus en plus à des solutions naturelles comme ce que nous proposons. Rassurés car conseillés par les médecins, les consommateurs se tourneront alors vers les magasins bio pour y chercher nos produits ».

« Ajoutez à cela le fait que nos prix publics conseillés sont extrêmement compétitifs, tout en garantissant une réelle efficacité. Ceci grâce au fait que nous sommes fabricants et que nous distribuons sans intermédiaire, appliquant des marges calculées au plus juste. C’est une autre point qui fait aussi partie de notre démarche holistique : tout le monde a le droit de prendre en main sa santé avec des produits de qualité financièrement accessibles ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here