NUMERO :

NUTRITION & NATURE : oui au veggie, non à l’ennui

Un champ de soja dans le Sud-Ouest. Il y a 30 ans, la marque Soy fut à l’origine de la filière française du soja bio, sans OGM.
Avec ses marques Soy,Céréalpes et Valpibio/Valpiform, l’entreprise spécialisée dans les produits à base de protéines végétales ou sans gluten séduit de plus en plus de consommateurs. Et quand on découvre la carte d’identité de ces marques, qui ont toutes entre 25 et 35 ans d’expertise, force est de constater qu’elles font partie de celles qui comptent.

À l’origine de la filière soja bio française

Ces derniers temps, lorsqu’on évoque le soja dans les médias, c’est pour parler d’OGM et mentionner le fait que la France est une grande importatrice de tourteaux de soja, avec des millions de tonnes utilisés pour l’alimentation animale. Mais on passe sous silence qu’il existe une filière française de soja, bio de surcroît, bien entendu non OGM, et qui va directement à la consommation humaine et non à la consommation animale. Une filière, à l’origine de laquelle on trouve Soy, et qui existe depuis maintenant plus de 30 ans !
« La marque Soy a été créée en 1982 par Bernard Storup et son associé d’alors Jean de Préneuf, raconte Frédéric Terrisson, Directeur Réseau Spécialisé de Nutrition & Nature. Ils avaient chacun de leur côté découvert la fabrication du tofu aux Etats-Unis, constatant son potentiel remarquable, tant sur le plan nutritionnel qu’environnemental, comme substitut à la viande. Quelques temps après leur retour en France naquit Soy, avec des produits vendus d’abord auprès des restaurants asiatiques puis dans les rares magasins bio existant à l’époque. Rapidement, ils se rendirent compte que pour le grand public il était nécessaire de proposer des gammes plus accessibles en termes de goût mais aussi d’usage. Ce fut alors le début d’une longue histoire, avec les premiers Croc Tofou, galettes prêtes à l’emploi, où le tofu est associé à des légumes ou du fromage ».

Frédéric Terrisson,
Directeur Réseau spécialisé
de Nutrition & Nature

Si Soy est aujourd’hui une marque qui propose des protéines végétales sous des formes variées, la popularisation des produits au soja en France est de toute évidence à mettre au crédit de la marque. Un rôle pionnier incontestable, qui a nécessité de tout mettre en place de A à Z, comme le souligne Frédéric Terrisson : « A l’époque, il n’y avait quasiment pas de production de soja en France, encore moins en bio. Or la volonté de Soy était de travailler avec une filière française. Elle fut rapidement créée et concrétisée par l’association Sojadoc, regroupant, autour du fabricant Soy, des coopératives et des producteurs du Sud-Ouest. Aujourd’hui, dans un périmètre de 150 km autour de notre site de Revel, ce sont environ 250 agriculteurs qui nous approvisionnent chaque année en soja, via nos coopératives partenaires ».

La popularisation des produits  au soja en France est de toute  évidence à mettre au crédit de  la marque Soy.

Sur le terrain, un engagement de proximité avec les producteurs de soja bio sans OGM.

« Et quand la problématique des OGM est apparue en Europe à la fin des années 90, Soy fut la première entreprise à mettre en place une filière de soja garantie sans OGM, avec un contrôle à toutes les étapes, depuis les semences jusqu’à la réception dans nos ateliers, en passant par le stockage après récolte. Ce fut la première filière européenne de ce type ! ».

Soy, l’alimentation végétarienne gourmande

Aujourd’hui, le catalogue Soy compte plus de 100 références. La partie la plus importante est représentée par le traiteur végétal frais,un marché créé par la marque et dont elle est le leader. On y trouve à la fois des bases culinaires et des produits prêts à l’emploi, s’adressant à des utilisateurs qui ne sont pas forcément les mêmes. Dans la première catégorie, on trouve des tofus fermes ou soyeux, du tempeh, du seitan… Dans la seconde, des galettes de tofu, de céréales et de seitan, mais aussi des saucisses (Tofinelle, Soyciss’), des plats cuisinés ou des salades veggie. S’y ajoute toute une gamme de produits longue conservation, dont nombre de boissons ou des « crèmes » végétales (Soya Cuisine), substituts au lait ou à la crème animale, des plats cuisinés en doypacks, ou encore des graines apéritives (Soya Party).

Depuis quelques années, la stratégie générale de la marque consiste à lever deux freins à la consommation de ce type de produits : un goût réputé fade et une relative difficulté à les cuisiner. « Même s’il est important de le rappeler sur nos emballages et dans notre communication, le côté bénéfique pour la santé est plutôt connu. Nous communiquons donc plus sur la facilité à cuisiner, la créativité culinaire, le goût, le côté gourmand pour montrer que nos produits sont parfaits pour briser la routine des repas quotidiens, autant pour ceux qui aiment cuisiner que pour tous les autres », ajoute Frédéric Terrisson.

Les nombreuses bases culinaires permettent la création de gourmandes recettes veggie.

Concrètement, cela se traduit par une communication importante dans les magazines gratuits diffusés en magasins bio, et surtout des centaines de recettes faciles – élaborées par des bloggeuses veggie – et largement diffusées : emballages, dépliants, site web de la marque sur lequel un moteur de recherche permet de naviguer parmi plus de 300 recettes…

Pour briser la routine, l’innovation est également essentielle : « Sur l’ensemble de nos 3 marques, nous lançons environ 30 nouveautés par an. Celles de moins de 3 ans représentent plus de 20 % de notre chiffre d’affaires. Nous n’innovons pas ‘‘juste pour innover’’ : offrir régulièrement de nouvelles créations est important, car certains utilisateurs peuvent consommer nos produits plusieurs fois par semaine, et il faut leur donner la possibilité de varier les plaisirs ».

Céréalpes et Valpiform, une offre complémentaire

Panisse et polenta, deux spécialités typiques du Sud-Est proposées par Céréalpes.

Céréalpes (40 références) et Valpiform/Valpibio (90 références) participent à la richesse et à la largeur de l’offre, qui fait de Nutrition & Nature un acteur sans réel équivalent en magasins bio. Cette variété de produits est un atout majeur, car il n’y a pas un seul type de consommateur, mais bien plusieurs.

« Avec Céréalpes, société née en 1992 à Mane dans les Alpes de Haute-Provence, nous nous adressons également à un consommateur intéressé par le végétal, explique Frédéric Terrisson. La gamme est essentiellement centrée sur des galettes de céréales et de polenta, ou sur les légumineuses avec entre autre la fameuse panisse (spécialité du Sud-Est à base de pois chiches). Tout en étant 100 % végétarienne, la marque revendique moins l’apport en protéines que Soy ; elle repose sur une cuisine saine, végétale, riche en saveur, haute en couleurs, aux accents locaux de la Haute-Provence ».

Valpibio : bio, sans gluten… et également gourmand.

Dans ce même esprit, la marque a lancé récemment avec succès une gamme de biscuits, à la farine complète de blé de meule et sans huile de palme.

Du côté de Valpiform, créée en 1990, la problématique est différente. « Nous répondons à l’attente de la proportion importante de personnes qui souhaite éviter le gluten. Il y a 1 % d’intolérants au gluten en France et 7 % de la population qui éprouvent un inconfort digestif lié à cet ingrédient. Pour ces consommateurs, il s’agit d’une obligation quotidienne plus que d’une démarche volontaire. Notre engagement est de leur offrir également des produits les plus gourmands possible, malgré les contraintes qui s’imposent à nous au niveau des recettes, encore plus en bio, sous la marque Valpibio »

« Nos produits sont parfaits pour briser la routine  des repas quotidiens ».

Leader sur un marché en forte croissance

Vache folle, prise de conscience environnementale et de santé, scandales alimentaires, indignation face aux conditions d’élevage et d’abattage des animaux… Ces dernières années, de nombreux facteurs sont venus doper la consommation de protéines végétales, en substitution à la viande. Et le potentiel est encore plus grand dans le circuit spécialisé : on estime à 16 % la proportion de végétariens parmi la clientèle des magasins bio, soit 4 fois plus que dans la population française. En proportion, il y aurait autant de végétaliens/végans parmi les clients du circuit bio que de végétariens en France (3 à 4 %) !

« A ceux-là s’ajoutent ceux qu’on appelle aujourd’hui les flexitariens, précise Frédéric Terrisson : au total, 50 % des clients des magasins spécialisés sont dans une logique de réduire ou de supprimer leur consommation de viande. Une clientèle potentielle toute trouvée pour nos marques. A tous ces gens, nous proposons des produits gourmands, excellents pour la santé, innovants, avec une vraie valeur éthique, qui sont une vraie réponse quotidienne à leurs attentes ». L’offre experte de Nutrition & Nature est au final idéale pour répondre pleinement à la demande actuellement croissante pour des produits végétariens, demande qui vient s’additionner à celle, également forte, pour le bio. Cela se lit d’ailleurs dans les chiffres, puisque sur la partie « traiteur » par exemple, Nutrition & Nature affiche en 2016 une croissance de 25 %.

Parmi les autres atouts de l’entreprise figure, point important pour nombre de consommateurs, le fait que tout soit fabriqué en France. A cela, Frédéric Terrisson ajoute encore un argument : « Sur l’ensemble des trois marques, nous fabriquons 95 % des produits que nous commercialisons. Seule une petite partie des productions, notamment en sans gluten, ne sort pas de nos propres usines, car elle nécessite des technologies spécifiques. Ce statut de fabricant est une de nos fiertés, avec aussi le fait que Nutrition& Nature est une structure à taille humaine, avec un esprit PME, un dynamisme et une convivialité que nous tenons à conserver ».

Tout ce qu’il faut pour être performants sur un marché qui n’en est qu’à ses débuts, avec l’aide des magasins bio, les partenaires exclusifs de l’entreprise depuis des années.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here