NUMERO : N°94-mars-avril 2021

Vrac et Covid-19 : le bilan un an après

Partagez cet article

En 2020, la Covid-19 a bousculé les commerces, et si le secteur du vrac n’a pas été épargné, il a su réagir rapidement pour résister à la crise. Pendant cette période, Réseau Vrac s’est efforcé de soutenir au mieux les acteurs du vrac en mettant notamment en œuvre des recommandations et des outils, dont des baromètres pour mesurer l’impact de cette crise sur le secteur vrac.

Avant la crise : la France montre la voie

Avant l’arrivée de la Covid-19, la filière du vrac affichait une croissance spectaculaire de 41 %, amenant le marché français à dépasser le milliard de chiffre d’affaires en 2019. Cette même année, la consommation en vrac gagnait 3 points de plus passant de 37 % à 40 %. Les résolutions 2020 des foyers français étaient propices à la réduction des emballages. Selon une étude Nielsen, sur 1 840 foyers français interrogés, 27 % disaient vouloir acheter davantage de produits limitant les emballages. Il s’agissait là d’une des résolutions les plus mentionnées par le panel. Pré-Covid-19, la situation se présentait donc de manière plutôt favorable pour la suite du développement de la filière.

Pendant la crise : une filière mobilisée et qui s’adapte

Malgré l’arrivée du virus, toute la filière s’est très vite adaptée au contexte. Afin de mieux comprendre l’activité et le rythme de croissance du marché du vrac au vu du confinement-déconfinement-reconfinement, l’association a lancé deux baromètres et une étude en partenariat avec Nielsen. Le premier baromètre, réalisé du 16 mars au 10 avril 2020 auprès de ses adhérents ainsi que ceux du Synadis Bio, révèle que :
• 98 % des fournisseurs ont maintenu leur activité ;
• 97 % des magasins vrac ont maintenu une activité de vente ;
• 98 % des rayons vrac sont restés ouverts.
Le baromètre recensait également les actions mises en œuvre pour faire face à cette situation exceptionnelle. D’une communication adaptée à la situation sanitaire pour rassurer sur l’hygiène de la vente en vrac au déploiement de services de ventes en ligne, de click & collect ou de livraison à domicile, la filière a été réactive et résiliente. Une étude menée en partenariat avec Nielsen du 7 au 10 mai 2020, a montré que le vrac a été simplement mis en pause durant le premier confinement. Si 40 % des foyers français se déclaraient acheteurs de vrac avant le confinement, 22 % des foyers ont continué pendant – soit plus de 1 sur 2 – et 85 % disaient vouloir à nouveau acheter en vrac après le confinement. Les autres ont arrêté leur consommation de produits vrac en majorité pour des raisons indépendantes de l’achat en vrac :

Retrouvez l’ensemble du bilan Vrac et Covid – 1 an après dans le prochain Bio Linéaires (n° 94 – Mars / avril 2021) sortie papier prévue le 26 février 2021. Il est également commandable au numéro en version digitale : ICI. 

Partagez cet article