Les ventes d’œufs bio ont explosé durant la crise sanitaire

Incontournables du marché bio, les œufs ont vu leurs ventes progresser de 40 % en volume, en 2020, durant le premier confinement. À cette période, les MDD des grandes enseignes ont connu une croissance supérieure (+ 63 % des volumes). Si en 2019, le marché des œufs bio est estimé à 552 millions d’euros (hors RHD) – dont 63 % s’opère en GMS – en 2020, les achat d’œufs bio des ménages progressent au cours des trois premiers trimestres : + 21,2 % en volume par rapport à la même période de 2019 (d’après Kantar), + 17,7 % des ventes d’œufs bio en GMS* en volume et + 16,3 % en valeur par rapport à la même période de 2019 (données IRI).

Toujours selon IRI, les œufs bio représentent 20,7 % des ventes d’œufs en volume en GMS et 32,5 % du marché total en valeur. C’est ce que révèle une note conjointe de Interbio Pays de la Loire et de la Coordination Agrobiologique du territoire, faisant suite à une rencontre régionale avec les opérateurs économiques de la filière volaille bio. Hausse conjoncturelle des achats d’œufs bio ou intrinsèque au marché bio ? Des professionnels de la filière restent prudents, souligne cette note, face à un constat d’excédents d’œufs bio suite au premier déconfinement avec pour conséquence des déclassements voire des dé-conversions (- 1 % d’effectifs en poules pondeuses bio au second trimestre 2020).

Source : FAM//Kantar Worldpanel.

Du côté de la production, les données du premier semestre 2020 font état d’une production d’œufs bio toujours à la hausse (+ 16 % d’œufs bio produits par rapport au premier semestre 2019) et d’un cheptel de pondeuses bio qui se stabilise. 

Les volailles bio atteignent 6 % du marché global

Interbio Pays de la Loire et la Coordination Agrobiologique des Pays de la Loire se sont aussi intéressées à la filière volaille de chair dont la production a marqué un ralentissement de la croissance en 2020, année durant laquelle les volailles bio atteignent 6 % du marché global (elles représentent 12 % des achats de poulet prêt-à-cuire et 4 % des découpes poulet).
Après une légère hausse des ventes pendant le printemps 2020, retour à la normale dès le mois de juin voire d’un recul de croissance par rapport aux années précédentes avec des espèces très touchées par la crise sanitaire, pintade et canard principalement, en raison de débouchés sinistrés (Restauration Hors Foyer).
Ce rapport fait également le constat d’une “hausse préoccupante des pratiques de promotion dans les magasins en 2020 pour relancer la consommation” de volailles bio “avec pour conséquences : des prix déconnectés de la réalité des coûts et des mises en élevage difficiles à planifier”.

Porc bio : + 29 % de ventes en valeur pour les saucisses et aides culinaires

En ce qui concerne le porc bio, les ventes de charcuterie libre-service à poids fixe en GMS* ont progressé de 10,4 % en volume et de 10,9 % en valeur au cours du premier semestre 2020 par rapport au premier semestre 2019, selon un rapport dédié à la filière porcine. Le bio a représenté 1,1 % en volume et 2,3 % en valeur des ventes de charcuterie libre-service au cours du premier semestre 2020.
Les ventes de jambon et épaule ont représenté 32,2 % du total bio en volume sur cette période 2020. Elles ont progressé de +1,3 % (+5 % en valeur) par rapport à 2019. Pour la saucisserie et les saucisses fraîches, qui représentent une part de près de 28,2 % en volume, on observe une progression des ventes de près de +22,6 % (+29 % en valeur). Les aides culinaires représentent 19,37 % du volume bio total et sont en progression de 19,32 % (+29 % en valeur).

* hard discount, proximité et e-commerce inclus.

Sources : Filière volaille et œufs bio au niveau national et région Pays de la Loire et Filière porcine bio au niveau national et région Pays de la Loire de Interbio Pays de la Loire et la Coordination Agrobiologique des Pays de la Loire.

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here