Comment la Covid-19 a impacté le réseau bio

La Covid-19 a impacté le réseau bio – le plus souvent en suivant une logique de bon sens, comme celle du stockage de précaution du premier confinement ou celle de la désinfection ou celle de la baisse du maquillage… Cette pandémie est souvent présentée comme un révélateur du fameux « monde de demain ». C’est une belle histoire mais ce n’est pas la réalité comme le détailleront Bernard Ollié et Adrien Weitzman (agence Good.) lors du Forum des Bio-Tendances, à Natexpo, organisé par Bio Linéaires. Rendez-vous sur le stand R11 !

Le monde de demain… vraiment ?

La réalité, c’est que le monde de demain était déjà en train d’émerger – pas besoin pour cela d’une épidémie virale dont l’incidence et la propagation n’ont pas grand-chose à voir directement avec le répertoire classique des combats écologiques qui ont en ligne de mire la chimie du carbone, l’épuisement énergétique, l’inhumanité du néo-libéralisme, les biocides sous toutes leurs formes ou l’épuisement des ressources naturelles.
La conscience écologique dans la consommation était en effet en progression depuis trois ans – en particulier sur certains sujets de fond comme le plastique, la souffrance des animaux et des hommes, la consommation locale… Progression nette sur la génération 25 – 45 ans, bien suivie par les industriels de la bio ou du conventionnel qui ont pour les uns rattrapé leur retard et pour les autres expliqué qu’ils sont de bons élèves.

À lire aussi -> Natexpo 2021 : le Forum des Bio Tendances dévoile son programme

La concurrence est là

En bref, on peut dire que la bio a gagné la bataille de l’image et de la réputation. C’est maintenant la référence absolue : confiance, qualité, sécurité, nutrition, respect… Référence absolue parfois usurpée mais c’est un fait. Et comme toute référence absolue, elle est maintenant copiée et égalée avec un avantage concurrentiel qui est le prix. C’est bien là que se situe le fond des enjeux stratégiques de la bio et spécifiquement du réseau bio à partir de maintenant : (re)trouver sa différence.
La bio, et précisément le réseau bio, entre dans l’âge mûr – après celui de l’offre (qui a mis du temps à être présente et de qualité), voici venu l’âge de la demande où le réseau bio doit légitimer sa valeur ajoutée.

Six marchés analysés pendant Natexpo

À Natexpo 2021, l’agence good® présentera une analyse des données de la base BioAnalytics® , le panel distributeurs du réseau bio, sur six marchés du réseau Bio pour 2019, 2020 et 2021. L’analyse décodera les événements qui témoignent de cette bataille en cours dans les marchés du réseau bio.
En particulier :
• la poussée paradoxale du vrac. Cette tendance a continué à croître tous marchés confondus dans une période de phobie hygiéniste,
• la baisse des marques de distributeurs,
• la poussée nette des labels de production, incluant ceux qui se réfèrent aux origines ou à la transition vers l’agriculture biologique,
• l’effondrement en réseau bio des marchés directement attaqués par la GMS comme ceux de l’alimentation infantile. Ce crash vient démontrer l’importance de la différenciation pour le réseau bio.

Sources : BioAnalytics® good®.

Autres conférences à suivre au Forum des Bio-Tendances / stand R11 de Bio Linéaires
Vrac : tendances marchés et dernières avancées réglementaires
Emballages : ce que les magasins bio attendent des fournisseurs
BIO++ : face à la montée de nouveaux objectifs sociétaux
Un vent de liberté pour le consommateur bio ?
Des filières solidaires aux slow filières circulaires du XXIe siècle

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here